Faits divers Patrick, 54 ans, était son voisin; il avait été libéré sous conditions en 2015.

Louise Lavergne était jeune, presque diplômée, souriante et appréciée de tous… nous l’évoquions ce mercredi pourtant, son chemin a malheureusement croisé celui d’un tueur.

En début de semaine en effet, la jeune fille âgée de 24 ans, originaire du Mans en France - qui résidait à Liège pour suivre ses études de médecine vétérinaire -, a été sauvagement assassinée, dans son kot, située rue Basse-Wez, dans le quartier du Longdoz-Amercoeur. Étranglée, elle a ensuite été poignardée, d’un coup fatal dans le thorax.

Ce mercredi, nous apprenions que l’auteur présumé des faits avait été arrêté. S’il a d’abord nié, "face à la sagacité des enquêteurs, il est rapidement passé aux aveux", explique Catherine Collignon, premier substitut du procureur du Roi de Liège. Il s’agit de Patrick, son voisin, un homme de 54 ans, connu de la justice, violeur multirécidiviste !

Ce lundi, c’est une amie de Louise qui a donné l’alerte, s’étonnant de ne pas voir Louise en cours, elle qui était pourtant très assidue. En fin d’après-midi, le petit ami de Louise s’est alors rendu, avec sa mère, au kot situé rue Basse-Wez… et de faire la macabre découverte, il était 18 h 30.

Ce mardi, l’enquête a suivi son cours et a permis de remonter sur la piste de Patrick, le voisin. Une trace ADN a en effet permis de le confondre… une chaussette tâchée de sang avait été retrouvée dans un sac-poubelle appartenant au suspect. Une visite domiciliaire a alors permis de découvrir des taches de sang chez lui. Patrick, mis à la disposition du juge d’instruction en charge du dossier, est passé aux aveux…

Selon toute vraisemblance, Patrick ne connaissait pas Louise… pas personnellement du moins. Ils habitaient au même étage. Mais ce qui interpelle aujourd’hui, c’est le passé du tueur… l’homme est en effet tout sauf un inconnu de la justice. Il a même déjà été condamné à plusieurs reprises, pour viol.

En 2004, l’homme était en effet condamné pour viol, à trois années de prison. Libéré une première fois avant la fin de sa peine, il était une nouvelle fois arrêté, deux ans après sa première condamnation. En 2006, il était en effet condamné à une peine de 6 ans de prison, assortie d’une mise à disposition du tribunal de l’application des peines de 5 ans… En 2015, l’homme était alors libéré sous conditions, l’une de ces conditions étant le port d’un bracelet électronique.

Depuis, plus de nouvelles de Patrick, jusqu’à ce jour. Interrogé par la justice, l’homme a tout avoué et a été placé sous mandat d’arrêt pour meurtre.

Selon le parquet de Liège, la jeune femme n’aurait pas été abusée sexuellement.