Faits divers Le préjudice pour les victimes belges est de plus de 15 millions d’euros.

Le 14 octobre dernier, la police fédérale lancait dans La DH l’alerte à la mafia des vélos de luxe. Le total du préjudice subi par les victimes belges s’élevait déjà à 15 millions d’euros. Nous consacrions un large dossier au phénomène que les enquêteurs spécialisés dans la lutte contre le vol organisé (DJSoc) qualifiaient déjà de véritable raid. Des bandes venus directement de Moldavie, Lituanie ou Roumanie atterrissaient en Belgique dans le seul but de commettre leur coup, déjà préparé à l’avance, avant de repartir, direction la Russie pour la vente de la marchandise volée.

Trois mois plus tard, le parquet de Hal Vilvorde annonce l’arrestation de trois hommes impliqués dans un tel réseau de vols de vélos de luxe. Des perquisitions ont eu lieu cette semaine à Koekelberg, Wemmel, Jette et Laeken. Les trois complices sont soupçonnés d’avoir volé des vélos pour une valeur estimée déjà à 500.000 euros.

Leurs arrestations ont été possibles grâce à la collaboration des enquêteurs de la DJSoc de la police fédérale. "C’est un joli coup de filet, fruit d’un travail de plusieurs semaines", confirme le chef de l’unité, Yves Civilia.

Rappelons qu’en quelques mois seulement, de mars à décembre dernier, pas moins de 200 vélos de luxe ont été volés en Belgique. Soixant-neuf rien qu’à Éghezée, 20 du côté de Waremme, six à Florennes, etc.

Autant de vélos, revenus au tiers de leur prix, essentiellement en Russie mais aussi en Ukraine et en Roumanie. "Ce sont des vélos qui peuvent coûter entre 8.000 et 10.000 euros chacun, voire plus. C’est hélas un trafic très juteux pour ceux qui l’opèrent", souligne Yves Civilia, content de l’arrestation de ces trois suspects mais pas convaincu pour autant que le phénomène soit éradiqué. Formés à ces vols, d’autres prendront sans doute la relève. À moins qu’on ne touche cette fois au cœur de la mafia, avec d’autres arrestations en Moldavie ou en Roumanie.

Les trois suspects arrêtés cette semaine nient tous leur implication dans les faits. Des vélos ont pourtant été retrouvés chez eux. Des vélos volés dans des commerces spécialisés, mais pas seulement. Les attaques survenues en 2017 ont également touché des particuliers, les abris de jardin n’étant pas épargnés.

Les groupes de coureurs professionnels ont également été ciblés. Parmi les vélos les plus prisés, on retrouvait les Merckx, les Trek et les BMC.

© DH