Faits divers

Des photographes professionnels sont la cible d'une bande d'escrocs redoutables

BRUXELLES "J'y ai cru. Franchement, je tombe de haut. J'ai encore du mal à croire que c'est une arnaque", nous explique François, photographe professionnel. Si cela peut le rassurer, il n'est pas le seul à être tombé dans le panneau. L'offre était belle... trop belle même !

"J'ai été contacté par téléphone par une dame, une consultante française mais travaillant à Tokyo", explique François. "Sa tâche consistait à trouver 50 photographes capables de réaliser sur Bruxelles 104 conférences en un an, afin de séduire des investisseurs pour une chaîne d'hôtels asiatiques, Peninsula." Sur ces cinquante, un seul sera retenu...

François a été prié de lui envoyer un devis pour différentes prestations : photos, tirages, réalisation de DVD... "Au total, cela représentait un gain de 89.000 euros par an."

Le devis a été établi. François a tout envoyé par e-mail. Des réponses très courtoises lui sont revenues... Avec de beaux en-têtes, de belles phrases. Tout paraissait très pro. François avait été engagé !

"La dame m'a signifié qu'elle m'envoyait les contrats par e-mail" De beaux contrats aux intitulés classiques : business order, candidature de marché, et puis des conditions générales avec le sigle d'un cabinet d'avocats Nagasaki...

"J'ai lu les conditions." Aïe, c'est là que la méfiance s'est installée. "Je devais verser plus de 7.700 euros sur un compte en banque de Tokyo, à titre de fonds de garantie du bon déroulement du contrat." Cette somme lui serait restituée en avril 2010. En réalité, c'est jamais... car l'arnaque est là. Dès que la somme est déposée, la gentille consultante disparaît. "Par chance, j'ai consulté un avocat. Il m'a mis en garde."

Cette ruse a déjà fait de nombreuses victimes dans différents pays. Ici, ce sont des photographes qui sont visés, mais d'autres prestataires de services (informaticiens, entreprises de nettoyage...) ont été ciblés...



© La Dernière Heure 2009