Faits divers C’est ce que montrent plusieurs études récentes sur le sujet.

Si un propriétaire maltraite son chien, il est possible qu’il en fasse de même avec ses enfants ou son partenaire. C’est le constat dressé par plusieurs études universitaires et par des vétérinaires.

Selon une étude menée en 2017 par des chercheurs de l’université de Southampton (Angleterre), la moitié des victimes de violence domestique témoignent également de menaces ou d’abus sur l’animal de compagnie de leur foyer.

Des recherches mettent également en avant le fait que les abus commis sur les animaux de compagnie sont une tactique souvent utilisée par les abuseurs pour contrôler leur partenaire. Et selon ces chercheurs, 92 % des victimes de violence domestique avouent que les abus commis sur un animal domestique sont un moyen de pression et de contrôle des abuseurs sur elles-mêmes ou leurs enfants.

Des problèmes émotionnels

Selon une autre étude , relayée par la Fondation Droit et Animal, un nombre important de victimes affirment que l’une de leurs principales sources de soutien est leur animal de compagnie. Et nombreuses sont les victimes qui décident de rester auprès de leur conjoint violent parce que les foyers d’accueil pour victimes de violence conjugale n’acceptent pas les animaux de compagnie.

Par ailleurs, plusieurs études montrent que les enfants témoins de violence envers des animaux sont plus susceptibles de développer des troubles émotionnels. "Les enfants victimes ou même seulement observateurs de faits de violence sur un animal de compagnie montrent plus de problèmes émotionnels et comportementaux que des enfants éduqués dans des foyers sans violence. Être témoin de tels abus peut désensibiliser un enfant et le mener à commettre des violences similaires plus tard sur des animaux et même sur des humains. De manière générale, les enfants ayant subi des violences ou ayant été témoins de violences montrent en moyenne 1,5 fois plus de comportements violents envers les animaux et envers les humains. Le lien entre violence aux animaux et violence aux humains est donc évident, et mettre fin aux violences sur les animaux est une étape cruciale pour mettre fin à toute violence" , indique la Fondation.