Faits divers

Une marche féministe a dégénéré ce samedi soir dans les rues de Bruxelles. 138 personnes ont été identifiées par la police.

Ce samedi soir, Bruxelles a connu une nuit quelque peu mouvementée. Une manifestation féministe, intitulée Reclaim the Night, a pris place vers 20 h 30 au Monts des Arts avant de déambuler dans les petites rues du centre-ville.

Ce rassemblement avait pour but de "se réapproprier la rue la nuit contre les violences sexistes" et portait le message "d’un féminisme inclusif, intersectionnel et pro-choix", selon les organisateurs, qui n’ont toujours pas été identifiés par la police. L’événement était ouvert à tous les genres, sauf aux hommes "dont le ressenti de l’identité de genre coïncide avec le sexe qu’on lui a assigné à la naissance."

Durant la soirée, la manifestation a dégénéré, au point que les forces de l’ordre ont dû intervenir . Selon certaines publications postées par les participantes sur les réseaux sociaux, celles-ci auraient été attaquées par surprise par des agents en civil. "Nous avions vu un appel pour cette manifestation sur Facebook" , explique Ilse Van De Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles. "Dans la rue du Chêne, la situation a dégénéré lorsque quelques personnes présentes ont commencé à dessiner des graffitis sur une voiture et des bâtiments et qu’elles ont causé des dégradations. Nous pensions qu’elles allaient aller jusqu’à la Grand-Place, alors nous avons décidé d’encercler le groupe. Il était impossible de rentrer en contact avec elles. Au total, 138 personnes ont été identifiées", précise la porte-parole. Peu après minuit, le calme était revenu dans le centre-ville.

La zone de police indique qu’une enquête a été ouverte afin de savoir qui est responsable des différentes dégradations.