Faits divers

Le matin du mardi 5 juin, à Schaerbeek, une prostituée du nom d’Eunice a perdu la vie, poignardée par un mineur. 

Ce mercredi, la police a interpellé un jeune homme dans le cadre du meurtre d’une prostituée à Schaerbeek, prénommée Eunice. Le parquet de Bruxelles, nous a confirmé l’arrestation du suspect. L’individu, né en 2000, est connu des services de police et du tribunal de la jeunesse. Il a été repéré sur des caméras de surveillance selon les informations d’RTL. Le suspect a été auditionné par les services de police ce matin et a été mis à disposition du Parquet de Bruxelles dans le courant de l’après-midi. Le juge de la jeunesse devra se prononcer dans un délai de 48 heures au sujet de la privation de liberté du suspect. L’interpellation du jeune mineur a eu lieu ce mercredi alors que la jeune victime a été enterrée hier. 

L’arrestation du suspect a été saluée par l’Union des Travailleuses et Travailleurs du Sexe organisés pour l’Indépendance (Utsopi) comme l’explique la porte-parole, Marie : “On félicite le travail de la police. Ils nous avaient promis qu’ils feraient tout pour arrêter l’individu. On avait, malgré tout, un peu peur que les forces de l’ordre ne mettent pas tout en œuvre à cause de la situation d’Eunice. Elle était noire et sans papiers. Il faut voir ce que cela va donner, mais bravo aux policiers pour leur travail”. 

Le décès de la jeune Eunice avait fortement touché le quartier, situé à deux pas de la gare du Nord. Une grève des travailleurs et des travailleuses du sexe avait été décrétée le jour même de la découverte du corps sans vie de la Nigériane qui était âgée de 23 ans. 

Plus de 150 personnes, selon la police sur place, ont aussi pris part, le jeudi 14 juin à une marche silencieuse dans le quartier nord de Bruxelles en la mémoire d’Eunice. Des femmes qui ont travaillé avec la victime pleuraient. Des chants ont rompu le silence et ont allégé ce moment d’émotion. “C’était une femme qui travaillait ici pour gagner sa vie et certainement pour nourrir sa famille au Nigéria et je trouve très triste qu’on lui ait enlevé la vie à 23 ans”, a déclaré la porte-parole d’Utsopi qui a organisé cette marche avec le comité de quartier “Dupont plus verte” et Espace P. Depuis le drame, elle remarque que la police est plus présente dans le quartier et elle espère que cette attention va perdurer. 

Marie appelle à ce “que les politiques aient un peu plus de respect envers les TDS (travailleuse du sexe), qu’ils nous considèrent comme des êtres humains, non plus comme de simples nuisances. Je pense à Emir Kir et Philippe Close (respectivement bourgmestres de Saint-Josse-ten-Noode et de Bruxelles-Ville). Personne n’est d’ailleurs venu au nom de la ville de Bruxelles à la marche et à l’enterrement. Ils nous laissent à l’abandon. Il faut dire également qu’avec Bernard Clerfayt (bourgmestre de Schaerbeek), ça se passe très bien. Il nous reçoit tous les trois mois pour faire le point et essayer de trouver des solutions. Je crois que les politiques devraient une fois pour toutes se mettre autour de la table et trouver un statut pour tous les travailleurs sexuels.La situation ne fait que se dégrader notamment avec la politique d'Emir Kir qui ne veut pas nous parler.” 

Pour rappel, la jeune prostituée de 23 ans avait été poignardée à 17 reprises le 5 juin dernier dans la rue de Linné. Le corps sans vie avait été retrouvé étendu entre le trottoir et la porte de l’immeuble où elle occupait une vitrine vers 04h45 par une amie de la victime. Une patrouille de la zone de police BRUNO (Evere, Saint-Josse, Schaerbeek) s’était rendue immédiatement sur place et avait donné les premiers soins à la victime. Eunice est décédée, suite à ses lésions, à l’hôpital.