Faits divers La demande de libération de l’autre suspect dans le dossier a aussi été refusée

La chambre du conseil de Bruxelles n’a pas suivi les requêtes des avocats des deux suspects sous mandat d’arrêt dans l’affaire du braquage d’employés communaux de Molenbeek. Les conseils demandaient la libération des deux hommes ce matin. Ils resteront donc finalement en détention suite à une décision tombée ce mercredi en fin d’après-midi. Ils sont poursuivis pour vol à main armée sur des fonctionnaires de la commune molenbeekoise.

Mohamed Abdeslam, ancien travailleur à la Caisse communale de Molenbeek, nie les faits qui lui sont reprochés dans cette affaire comme l’expliquait son avocate, MeNathalie Gallant, à la sortie de la chambre du conseil : "Mon client affirme ne pas avoir commis le vol et ne pas avoir incité qui que ce soit à le commettre. Il reconnaît uniquement avoir involontairement trop parlé il y a quelques années, comme d’autres personnes qui ont travaillé pour la commune ont pu le faire. De toute façon, la manière absurde avec laquelle ces transferts sont réalisés était connue de tous."

Son avocate détaille également que le rôle exact qu’aurait joué dans cette affaire Mohamed Abdeslam n’a toujours pas été déterminé : "Ce n’est pas clair du tout pour le moment. On note aussi qu’il y avait parfois jusqu’à trente personnes qui étaient au courant de ces mouvements de fonds. Ça peut potentiellement représenter un grand nombre de suspects. Enfin, lorsqu’on s’appelle Mohamed Abdeslam, on est présumé coupable au lieu d’être présumé innocent."

L’autre suspect sous mandat d’arrêt concernant ce dossier nie également les faits qui lui sont reprochés. "Mohamed Abdeslam dit que mon client lui a avoué avoir perpétré le vol, mais c’est absolument faux. Il n’a jamais travaillé pour la commune, ne disposait d’aucune information sur les transferts de fonds. Sa voiture aurait été signalée à proximité des lieux, mais si quelqu’un a utilisé le véhicule sans qu’il le sache, cela ne peut être selon lui que Mohamed Abdeslam" , précise l’avocat Maître Xavier Carrette en soulignant au passage que son client n’a pas d’antécédents judiciaire s.

Les faits s’étaient déroulés le 23 janvier dernier peu après 14 h. Trois fonctionnaires communaux de Molenbeek ont alors été attaqués par un homme armé d’un couteau. Les employés transportaient à ce moment-là 70.000 euros en liquide de recette communale vers une banque située à Bruxelles-Ville. L’argent n’a toujours pas été retrouvé pour le moment.

Pour rappel, quatre personnes ont été interpellées jeudi dernier. Mais seuls les deux individus, aujourd’hui en détention, avaient été placés sous mandat d’arrêt le lendemain.