Faits divers Maude Julien raconte dans un livre l’emprise d’un père surnommé L’Ogre.

C’est un livre coup de poing. Un ouvrage dont on sent qu’il a été mûrement réfléchi durant des décennies. Une mise à nu aussi : le témoignage d’une femme victime des dérives sectaires de son propre père et devenue thérapeute par la suite.

L’histoire est terrifiante et a laissé des traces indélébiles dans la vie de Maude Julien. Elle s’est déroulée à quelques kilomètres de la frontière belge.

Tout est parti de la folie d’un homme. Son père. Louis Didier. Franc-maçon, entrepreneur, esprit brillant et manipulateur, l’homme a déjà largement gagné sa vie. À 34 ans, en 1936, l’homme monte un plan machiavélique et fou. Il rencontre un mineur sans le sou, père d’une fillette de 6 ans prénommée Jeannine. Il lui propose un marché : lui confier la petite fille. Elle recevra une belle éducation et ne manquera de rien. Mais elle ne reverra plus son père. Le mineur accepte, peut-être contre rémunération. La petite Jeannine grandit.

Devenue femme adulte, après l’avoir façonnée, Louis Didier l’épouse. D’elle, il veut un enfant en qui il va projeter sa folie. Cet enfant, il veut en faire une déesse. Une femme sans défaut, un robot, prêt à lui obéir au doigt et à l’œil. La date de naissance est déjà prévue : le 23 novembre 1957. Maude Julien naît en ce jour. Elle a depuis donné un surnom à ce père : "L’Ogre".

Ce livre, Derrière la grille, dépeint les quinze années passées cloîtrée dans cette grande maison de Saint-Omer (Pas-de-Calais). Quinze années durant lesquelles elle n’a quasiment jamais pu sortir. "Ce livre est un manuel de désobéissance muette. Je voulais montrer comment l’emprise se met en place. C’est un crime parfait dont la victime est tellement dans la honte qu’elle ne dénonce rien. Aujourd’hui, je suis bien dans ma vie personnelle et professionnelle, mes filles sont grandes. J’ai voulu écrire mon histoire", poursuit cette spécialiste du thème de l’emprise.

Ces années au service de L’Ogre sont difficiles à résumer. "Pour lui, seul compte son monde mental. Les autres sont des instruments, des obstacles. Il nous a enfermées dans ce carcan mental, ma mère et moi." Comment s’est déroulé l’endoctrinement ? "L’Ogre vous montre qu’il est l’Amour, avec un grand A. Tout ce qu’il fait est pour ton bien. Il installe une vie chronométrée dont il détient la télécommande. Puis, il instille la peur. Le monde extérieur est le danger."

Maude Julien devait s’astreindre à des exercices physiques et mentaux défiant l’entendement. "Il m’a fabriqué un gilet avec des grelots pour que je ne bouge pas durant des heures. Petite fille, je vivais cela comme un entraînement. J’ai été sauvée par mes lectures, Dostoïevski et le Comte de Monte-Cristo, auquel je m’identifiais."

Finalement, pour les 19 ans de sa fille, Louis Didier lui arrange un mariage et lui fait promettre de divorcer et de revenir auprès de lui pour achever sa "formation". Elle n’a pas tenu sa promesse. Trois ans plus tard, L’Ogre meurt, à 77 ans.

Pour Maude, la vie allait commencer. Une vie à se reconstruire. Et à aider les victimes de l’emprise, jouets aux mains de gourous dévastateurs. La maison qui avait accueilli sa souffrance est devenue un centre d’éducation renforcée pour jeunes filles. L’an passé, elle y a donné une conférence. Tremblante au moment d’en passer la grille.


Chronologie

23 novembre 1957: Naissance de Maude Julien, à la date qu’avait prévue son père.

1961: Maude Julien pénètre dans la maison de Saint-Omer, à quatre ans.

1976: Elle quitte la demeure familiale pour se marier. Une union arrangée.

1979: Décès de Louis Didier, le père de Maude, à l’âge de 77 ans.

Octobre 2014: Publication de Derrière la grille. Maude Julien est aujourd’hui une thérapeute reconnue.