Faits divers

Mes Cédric Moisse et Sven Mary ont demandé l'acquittement de leur cliente, la puéricultrice Sylvie W., ce matin, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. 

Cette dame de 58 ans est poursuivie pour des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort de la petite Malaika, 10 mois, décédée à l'hôpital de Jette, en mars 2015, à la suite d'une perte de connaissance subie à la crèche "Bébé Câlins" de Berchem-Sainte-Agathe. Les avocats de la prévenue ont attaqué l'expertise qui a démontré que la fillette était décédée d'un syndrome du bébé secoué.

Selon eux, la conclusion des experts montre que la mort de Malaika a été "vraisemblablement" dûe à ce syndrome, ce qui ne suffirait pas pour établir la culpabilité au-delà du doute raisonnable. Les pénalistes ont aussi estimé que Malaika avait pu être simplement portée de manière brusque. 

A ce titre, et si le tribunal n'acquittait pas Sylvie W., ils demandent la requalification en un homicide involontaire par imprudence.

Me Mary, a ironisé sur les parties civiles et la substitut du procureur qui ont, selon lui, "diabolisé cette mauvaise femme assoiffée d'argent, qui bat les enfants". 

En réplique, les autres parties ont insisté sur la précision implacable des rapports d'expertise, qui établissent la mort par syndrome du bébé secoué. Et si la cause de la mort est ainsi certaine, une seule personne aurait pu commettre les faits : Sylvie W. Le ministère public a requis une peine de huit ans de prison ferme. Le jugement sera prononcé le 16 octobre.