Faits divers Jusqu’à deux ans de prison requis contre des membres du mouvement d’extrême droite pour des violences sur un sans-abri.

La salle d’audience du tribunal correctionnelle de Bruxelles avait des airs de kermesse droitière. Crânes ou tempes rasées, vêtements noirs.

Six membres du groupe d’extrême droite comparaissaient hier et avant-hier devant la 43e chambre correctionnelle pour des violences commises sur un SDF et deux policiers.

Le ministère public a requis des peines de 15 à 24 mois de prison contre cinq des prévenus. La magistrate n’a pas précisé ses réquisitions concernant le sixième, qui n’a pas donné de coups.

Les faits remontent au 1er juin, sur la place du Luxembourg. C’était en fin d’une manifestation pour la cause des sans-papiers. Des membres du groupe Nation étaient attablés à la terrasse d’un café quand a eu lieu une embrouille avec un sans-abri, de nationalité belge et d’origine polonaise. Y a-t-il eu provocation ? Pour l’accusation, les membres du groupe d’extrême droite ont lancé des cris de singe. Le sans-abri se serait senti blessé et a jeté une chaise en direction du groupe, avant de se saisir d’un pavé, d’un air menaçant.

C’est là que les membres de Nation l’ont attaqué, le rouant de coups, alors qu’il se trouvait au sol.

Pour Me Virginie Taelman, avocate de deux des prévenus, il ne s’agit pas de faire le procès de Nation mais celui de "cinq particuliers". Elle a aussi plaidé l’absence de circonstance aggravante de mobile discriminatoire, proposé par le parquet. Selon l’avocate, il n’y a pas de mobile raciste. "De plus, c’est le sans-abri qui est venu vers eux, pas l’inverse", a-t-elle plaidé.

Lors de l’interpellation des prévenus, deux policiers ont été blessés dans un échange de coups de pied et poing. Ils ont dû être en arrêt de travail durant une quinzaine de jours. Leur avocat, Me Romain Delcoigne, représentant Me Sven Mary, a demandé un euro provisionnel pour chacun, en attente de la "consolidation de leur résultat médical".

Également conseil de la zone de police Bruxelles-capitale Ixelles, l’avocat a demandé plus de 6.000€, soit le coût du remplacement des deux agents.

Le procès n’a pu s’achever hier. Les parties auront l’occasion de répliquer en janvier 2016.