Faits divers

L’enfant, 6 ans, jouait avec des allumettes dans le grenier de ce vieil immeuble... qui n'était pas aux normes de sécurité, selon la famille. Le propriétaire, lui, est venu reprocher aux parents de ne pas être assurés, quelques minutes à peine après le drame.

Ce dimanche matin, peu avant 10 h, une dame qui se déplaçait dans le cadre de son travail a alerté les services de secours en ayant constaté qu’un incendie ravageait un immeuble de la rue du Lotart à Bernissart.

Cet immeuble occupé par la même famille depuis quatre ans était en rénovation pour le compte du propriétaire du bien. Caroline Pennant et Jerôme Curat, les locataires, avaient cinq enfants, trois garçons et deux filles.

Au moment où la dame alertait les secours, les occupants des lieux furent eux aussi avertis par les enfants que les flammes ravageaient l’immeuble. Toute la famille a quitté les lieux immédiatement.

"Lorsque Jérôme et Caroline ont été avertis, des flammes immenses ravageaient déjà la maison, explique Rita Cromphaut, la grand-mère des enfants. Malheureusement, une fois à l’extérieur, toute la famille s’est aperçue que Noah, qui avait fêté ses six ans le 17 mai dernier, manquait à l’appel."

Les pompiers provenant des casernes de Bernissart, Basècles, Péruwelz et Beloeil, soit au total une vingtaine d’hommes, sont arrivés moins de dix minutes après le déclenchement de l’alerte. Mais durant ce laps de temps, le feu avait déjà fait une petite victime.

Et c’est près d’une heure trente après le début de l’alerte, et après avoir maîtrisé les flammes, que les pompiers ont découvert sous les décombres, dans le grenier de l’immeuble, le corps sans vie du petit Noah qui était jusque-là porté disparu.

À l’arrivée des hommes du feu, tout l’immeuble était déjà la proie des flammes et une partie du plancher de l’étage s’était déjà effondrée.

Cet immeuble n’était pas récent. "Caroline et Jérôme avaient déjà demandé maintes fois au propriétaire de faire des travaux pour respecter les normes de sécurité. Il y avait encore du plancher. Et l’installation électrique était vieillotte", déclare Rita Cromphaut.

Il semblerait que l’enfant se trouvait déjà dans le grenier au moment où le feu s’est déclaré. De l’aveu même de Caroline Pennant et Jérome Curat, rencontrés sur les lieux du drame, Noah aurait joué avec des allumettes dans le grenier.

Ses frères et sœurs auraient prévenu immédiatement les parents. Hélas, tout s’est joué rapidement avec les circonstances tragiques qu’on connaît. "Noah est probablement mort asphyxié avant que les flammes ne s’attaquent à son petit corps. J’espère qu’il n’a pas souffert", nous confia sa grand-mère avec une émotion contenue.

Le propriétaire de l’immeuble est aussi descendu sur place. S’en est suivi un échange de propos déplorables avec ce couple qui venait de perdre un enfant. Le propriétaire reprochait aux parents de ne pas être assurés contre l’incendie.

Un enfant était mort et sa préoccupation principale n’était que matérielle.

"Afin d’éviter que cela ne dégénère, la police lui a demandé de s’éloigner", nous a confié Jérôme Curat, le papa de Noah.

Le bourgmestre de l’entité de Bernissart, Roger Vanderstraeten, est descendu sur les lieux.

Les occupants de l’immeuble ont été pris en charge par une cellule psychologique. La famille de la petite victime a été relogée dans un hôtel dans un premier temps, avant que la commune de Bernissart ne trouve une autre solution de relogement.

Hier, en fin d’après-midi, via l’agence Belga, le parquet de Mons-Tournai signalait qu’une instruction avait été ouverte suite à cet incendie aux conséquences mortelles. Des experts sont descendus sur place.

Aux proches, notre quotidien adresse ses condoléances.


Un appel à votre générosité

Rien ne remplacera la perte de cet enfant pour la famille de Caroline Pennant et Jérôme Curat. Outre ce deuil qui demandera longtemps pour s’atténuer, si cela est possible un jour, cette famille a aussi besoin d’aide. Dans cet incendie, elle a tout perdu. Tous les souvenirs de la famille ne pourront jamais lui être rendus. Mais le bien matériel dont elle a besoin peut se trouver. Un appel à votre générosité est lancé. Jérôme et Caroline ont besoin de tout.

Tout a été détruit par les flammes. Que ce soit du mobilier, des vêtements ou encore des jeux pour les enfants sont les bienvenus. Vous pouvez contacter Caroline et/ou Jérôme au 0491.331210 ou 0497.835671. Si vous ne parvenez pas à les joindre, vous pouvez aussi vous adresser à la commune de Bernissart qui pourra faire le relais. La commune de Bernissart est joignable au 069.59.00.72 ou le CPAS au 069.59.06.60.


>> La dernière humeur: le traitement inapproprié d’un fait divers peut parfois blesser doublement