Faits divers

Merhaba, lancée en 2002, représente les gays, les lesbiennes, les bisexuel(le)s, les transsexuel (le)s, les queers et les intersexes issus du Maghreb, de Turquie, du Moyen-Orient et d’Afrique subsaharienne. En moyenne, une centaine de personnes font appel à l’association chaque année. Le plus jeune a seulement 16 ans et le plus âgé a 60 ans.

"Certaines personnes de notre public ne se reconnaissent pas dans les mouvements déjà existants", résume Mya, membre du conseil d’administration de l’association. "Ils pointent un manque de respect de leur identité et en ont assez d’être vus comme un produit exotique."

Certains membres de l’association sont des étrangers, dont une minorité a dû fuir les violences homophobes. Les membres de l’association sont en majorité des musulmans, mais s’y retrouvent également des athées, des agnostiques et des croyants d’autres religions. Pour les membres, il s’agit en général de "concilier foi et orientation sexuelle. C’est souvent problématique lorsque les textes sont pris littéralement sans références contextuelles".

Pour ce faire, l’association organise des soirées MerhaBar, avec gâteaux et échanges en toute sécurité. Mais aussi des ateliers afin de faire changer les mentalités, d’autant que "notre public souffre déjà du racisme et de l’islamophobie".

"Chez nous, nous sommes confrontés à un poids culturel qui, souvent, ne permet pas le coming out. Il y a une très forte identité de genre : les rôles joués par les hommes et les femmes sont très définis."

Pour Mya, l’homosexualité n’est pas incompatible avec la religion. "Nous aidons à dépasser ce qui est prohibitif dans les religions : c’est avant tout un message de paix. Il y a des imams très ouverts. Certains imams ont fait leur coming out en Europe, aux États-Unis et en Afrique du Sud."

"Nous manquons de modèles d’homosexuels musulmans", mais le coming out n’est pas encouragé par l’association. "Si la personne est à l’aise et si elle en a besoin, pourquoi pas ? Mais nous ne participons pas à la Gay Pride, par exemple."