Faits divers

La police a mené des opérations de grande ampleur dans plusieurs villes belges, dont certaines communes bruxelloises.

Le parquet fédéral a tenu une conférence de presse ce vendredi à 11h15. Voici les derniers éléments :

- 12 perquisitions ont été menées: 2 à Verviers, 6 à Molenbeek, 1 à Anderlecht, 1 à Bruxelles, 1 à Berchem, 1 à Liedekerk..

- 15 personnes ont été privées de liberté: 1 à Verviers, 9 à Molenbeek, 2 à Bruxelles, 1 à Berchem et 2 Belges en France.

Cette opération antiterroriste avait pour but le démantèlement d'une cellule terroriste qui projeter de commettre un attentat sur le sol belge. "C'était une question d'heures peut-être, au maximum quelques jours", a précicé le parquet.

Des nombreuses armes ont été perquisitionnées tant à Verviers qu'à Bruxelles (AK47, armes de poings, des explosifs et munitions) mais aussi des téléphones portables, des habits de policiers, une importante somme d'argent et des documents falsifiés.

Le but du groupe : tuer des policiers sur la voie publique et dans les commissariats.

En France, deux personnes ont été arrêtées et la Belgique en demandera l’extradition. Il n'y a pas de "lien direct" entre ces opérations et les attentats de Paris. Toutefois, le parquet laisse sous-entendre un éventuel lien avec Sharia4Belgium.

Les deux personnes abattues au cours de l'assaut des forces spéciales d'intervention à Verviers (Redwane Hajaoui et Tarik Jadaoun, photo ci-dessous) sont en cours d'identification.


© DH


Les terroristes avaient un seul objectif: choquer la Belgique en s’attaquant à la police

Depuis des semaines, nos forces de sécurité et police étaient prêtes pour affronter un groupe de combattants revenu de Syrie.

"C’était une cellule opérationnelle qui avait des plans pour des attaques. La semaine passée, le risque était à un point jamais atteint auparavant. Nous devions intervenir" , a déclaré le procureur fédéral Eric Van Der Sypt, hier soir. C’était une question d’heures ou de jour avant qu’ils agissent.

"Leur attention était surtout portée sur la police" , poursuit Van Der Sypt. Selon nos sources, le nouveau bâtiment de la police fédérale à Bruxelles était la cible. D’après des sources judiciaires proches du dossier, il y avait aussi un enlèvement planifié.

Pour l’instant, l’identité de la victime visée reste peut clair. Il est possible qu’il s’agisse d’une personnalité influente ou d’une personne de la police avec une fonction très importante. "Le danger n’est pas parti" , alerte Van Der Sypt. "Nous ne savons pas ce qu’il va se passer dans les prochaines heures, jours et semaines."

Selon nos confrères du Het Laatste Nieuws, les deux djihadistes avaient également dans l'optique de décapiter cette personnalité influente.

Un confrère de L'Echo citant une source gouvernementale affirme sur Twitter que "les présumés terroristes étaient des pros". Il prend en exemple les "changements de véhicules fréquents, les écoutes téléphoniques difficiles et l'arsenal important".


L'EVOLUTION DE LA SITUATION EN DIRECT

13h20: Exclusivité DH / Les terroristes visaient le palais de justice de Bruxelles.

13h15: le gouvernement a pris 12 mesures pour lutter contre le terrorisme. Découvrez-les ici.

13h10: la Belgique demande la réunion d'un Conseil "formel" européen

13h: "Pas connaissance de menace d'attentat précise et concrète mais vigilance", selon Charles Michel qui invite à éviter toute psychose.

12h55: Charles Michel a indiqué que l'armée serait disponible pour renforcer le niveau de sécurité en collaboration avec les services de police.

12h25: La Commission européenne renforce sa sécurité après l'opération antiterroriste en Belgique.

12h20: La fédération d'associations juives demande de permettre aux juifs de porter une arme. Plus d'infos ici .

11h25: Maxime Degey, l'échevin de l'enseignement de Verviers, n'a constaté vendredi matin aucune hausse en termes d'absentéisme dans les écoles communales de la ville de Verviers , "si ce n'est en maternelle où les moyennes sont supérieures à celles que les enseignants rencontrent habituellement", a-t-il dit à l'agence Belga. L'échevin verviétois, l'inspecteur de l'enseignement communal et le pouvoir organisateur s'étaient réunis jeudi soir après l'intervention anti-terroriste qui s'est déroulée à Verviers durant laquelle deux djihadistes sont décédés.

Les autorités, qui ont réaffirmé la totale sécurité des enfants dans les écoles, sans pour autant que la sécurité soit renforcée, ont demandé que cette journée se déroule comme à l'accoutumée.

11h05: Peu avant 10h, place Louise à Bruxelles, un homme a été arrêté dans le cadre des actions anti-terroriste débutée jeudi en fin de journée. Il s'agirait, selon des sources policières, d'une homme chez qui des perquisitions ont été menées mais qui n'était pas présent à son domicile. Une information que le parquet fédéral n'a pas encore confirmée.

10h50: Des mesures de sécurité renforcées sont d'application depuis vendredi matin au palais de justice de la capitale. Quiconque souhaite entrer dans le bâtiment, même les magistrats et les avocats, doit passer sous un détecteur de métal et subir une fouille approfondie. Les nouvelles règles de sécurité semblent en vigueur uniquement pour l'ancien palais de justice. Des agents de police fortement armés sont postés à l'entrée du bâtiment Montesquieu, où siège le tribunal civil, ainsi que devant le tribunal de commerce, mais les personnes n'y sont pas systématiquement fouillées.

10h45: Une personne a été interpellée jeudi soir à l'issue de cinq perquisitions menées à Molenbeek-Saint-Jean . Des mesures de renforcement des commissariats de la commune facilement accessibles ou non sécurisés ont été prises dans le courant de la soirée et sont toujours en vigueur ce vendredi. Les cinq perquisitions se sont déroulées dans le calme . Des attroupements de badauds se sont formés lors de deux perquisitions et la police locale est venue en appui afin d'expliquer aux personnes présentes la nature des opérations en cours.

10h40: Le syndicat policiers sypol.be exige vendredi que les agents de police reçoivent tous une arme et un gilet pare-balles . Ceux qui n'en disposent pas doivent refuser toute intervention publique, demande le syndicat.

10h25: Le palais de justice d'Anvers a été placé sous surveillance policière après la décision de l'OCAM d'élever le niveau d'alerte terroriste à trois sur quatre sur tout le territoire belge. Dans les quartiers Juif et diamantaire, la situation reste inchangée : de nombreuses patrouilles étaient déjà présentes ces derniers jours mais il n'y pas de surveillance continue des bâtiments, a indiqué la police locale anversoise vendredi.

Les locaux de la police sont également surveillés mais restent ouverts. Il est demandé au public de ne se rendre dans les postes de police qu'en cas d'absolue nécessité.

10h05: Les cours, suspendus vendredi dans les plus importantes écoles juives de Bruxelles et d'Anvers à la suite de la hausse de la menace terroriste, reprendront lundi , a affirmé le président du Comité de Coordination des Organisations juives de Belgique (CCOJB) Maurice Sosnowski à l'agence Belga. Des crèches sont également fermées ce vendredi. "Nous n'avons reçu aucune menace visant directement la communauté juive, mais ces mesures ont été prises par précaution", a-t-il ajouté, précisant qu'elles concernaient uniquement les enfants.

A ce stade, il n'est pas prévu d'étendre ces dispositions à d'autres sites liés à la communauté juive.

"Toutes les mesures sont prises en étroite collaboration avec le gouvernement, avec qui nous avons encore eu des discussions hier", explique M. Sosnowski, selon qui la vigilance est de rigueur car "le risque zéro n'existe pas".

09h40: La perquisition menée jeudi soir dans un immeuble d'Anderlecht n'a rien donné . Aucun explosif n'y a été découvert et la police fédérale qui était chargée de la perquisition n'y a pas mené d'assaut, a indiqué vendredi Eric Tomas, bourgmestre d'Anderlecht. Selon le bourgmestre d'Anderlecht, une seule habitation située sur sa commune a été perquisitionnée jeudi soir, peu avant 20h00. Il s'agissait d'un immeuble de la rue Lieutenant Liedl.

09h30: Une dizaine de perquisitions au sein de la "mouvance islamiste" ont été effectuées vendredi matin à Berlin et deux personnes ont été arrêtées, dans le cadre d'une opération d'envergure, selon des sources policière et judiciaire.

La première personne arrêtée, désignée sous le nom d'Ismet D. et âgée de 41 ans, est soupçonnée de diriger "un groupe d'extrêmistes islamistes comprenant des ressortissants turcs ou russes d'origine tchétchène ou daghestanaise" . Les autorités estiment que ce groupe envisageait un "acte violent grave en Syrie", sans plus de précision, et que Ismet D. préparait puis soutenait matériellement et financièrement les candidats au jihad.

Un autre ressortissant turc, Emin F., 43 ans, qui s'occupait des finances du groupe, a également été interpellé.

Au total, le groupe comprenait cinq personnes et était localisé dans le centre de la capitale allemande. Les trois autres membres du groupe n'ont pas été arrêtés, les charges à leur encontre étant insuffisantes, selon le parquet de Berlin.

9h25: Une dizaine de personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi en région parisienne dans l'enquête sur les attentats de la semaine dernière à Paris. Ces personnes vont être interrogées sur le "possible soutien logistique" qu'elles sont susceptibles d'avoir apporté aux tueurs de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes, notamment des armes et des véhicules, a-t-on précisé. Huit personnes ont été placées en garde à vue, a de son côté affirmé une source policière.

09h05: Plusieurs mesures dues à la hausse du niveau d'alerte terroriste de deux à trois sur l'ensemble du pays seront "très visibles et perceptibles dans la rue", rapporte vendredi le porte-parole de l'Ocam, l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace. "Des mesures de sécurité ont été prises pour les commissariats de police dans tout le pays ainsi que pour les bâtiments judiciaires à Bruxelles", indique-t-il.

08h30: " Les opérations sont terminées sur le terrain . On exploite maintenant les données. On verra du côté de la police et des autorités judiciaires s'il y a d'autres initiatives à prendre", a déclaré Didier Reynders sur la chaîne française i-Télé.

07h10 : La rue de la Colline de Verviers , où l'assaut des forces de l'ordre a été donné jeudi vers 17h45, est toujours bloquée par les hommes de la police fédérale. Des barrières Nadar ont été installées à chaque bout de la rue. Le dispositif de sécurité a par ailleurs été allégé puisque les riverains peuvent désormais quitter le périmètre ou y entrer après une vérification de leur identité. Aucun problème de circulation particulier n'est à déplorer. Seule la rue de la Colline est fermée.

06h40: Tous les bus circulent normalement à Verviers , a fait savoir vendredi matin la porte-parole du Tec Liège-Verviers. Jeudi soir, les bus circulant à Verviers étaient rentrés au dépôt à la suite de l'opération anti-terroriste menée dans la ville. Seuls les bus 69 et 138 ont continué à assurer les liaisons jusqu'à Dison. Tous les bus roulent à présent normalement sur le réseau.

02h15 : Le centre culturel de Welkenraedt, qui accueille une expo sur la censure, fermé vendredi

Les autorités locales et la police de la zone du Pays de Herve ont décidé d'un commun accord de fermer vendredi le centre culturel de Welkenraedt qui accueille une exposition sur la censure, a-t-on appris de bonne source. Le Forum des Pyramides propose à la bibliothèque, depuis mercredi, un projet intitulé "La bibliothèque insoumise", sur le thème de la censure. Un projet initié par les Territoires la Mémoire dans le cadre d'"Aux livres citoyens", dont la thématique est "Art et pouvoir". Parmi les oeuvres présentées, se trouve une caricature du prophète Mahomet réalisée par Charlie Hebdo, dont la rédaction a été la victime d'un attentat la semaine dernière à Paris.

Les écoles ne pourront y accéder. Le personnel, quant à lui, a été prié de rester à son domicile.

01h30: Aucune perquisition ou d'incident armé n'a eu lieu à Vilvorde a indiqué son bourgmestre Hans Bonte (sp.a) sur les antennes de la VRT. Le commissariat de police de la localité fait désormais l'objet d'une surveillance particulière. Quelque 28 personnes originaires de Vilvorde sont parties se battre en Syrie et en Irak sur une population totale de 42.000 habitants. Actuellement, huit combattants revenus du Moyen-Orient sont connus des services de la commune brabançonne.

23h31 : Des perquisitions sont toujours en cours à Bruxelles, plus précisément dans la commune de Schaerbeek. C'est ce qu'a déclaré son bourgmestre, Bernard Clerfayt.

23h11 : Quatre kalachnikovs ont été découvertes à Verviers, ainsi que des produits destinés à fabriquer des bombes et des vêtements policiers.


Des opérations à Bruxelles et Hal-Vilvorde

La Belgique a rehaussé le niveau d'alerte de 2 à 3 (sur une échelle de 4).

La bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR), a confirmé qu'une série de perquisitions avaient lieu dans sa commune. L'opération est liée à celle menée à Verviers. D'autres perquisitions ont également lieu à Bruxelles-ville, à Schaerbeek, à Zaventem et à Vilvorde. Des arrestations auraient eu lieu dans ces deux dernières communes.

Selon nos informations, lors des opérations à Bruxelles, les suspects ont réussi à prendre la fuite.

L'opération de la police fédérale n'a en revanche aucun rapport, indique encore Mme Schepmans, avec l'homme surpris dans le métro Ribaucourt, en train de crier "Allahou Akbar", une arme à la main, et arrêté plus tôt dans la journée.

Une perquisition a également eu lieu à Anderlecht. Les forces de l'ordre ont trouvé des explosifs dans un bâtiment de la Rue Lieutenant Liedel .

Les informations sur l'opération de Verviers