Faits divers

La chambre du conseil de Bruxelles a confirmé lundi le mandat d'arrêt du bénévole (M. D., 64 ans) du parc Maximilien arrêté mercredi dernier pour attentat à la pudeur avec violence ou menace sur mineurs âgés de 16 à 18 ans, a indiqué lundi le parquet de Bruxelles. 

Son avocate, Aurélie Jonckers, avait précisé plus tôt ne pas avoir demandé sa libération ou la surveillance par bracelet électronique lors de l'audience. Elle a par contre demandé une expertise psychiatrique de son client et sa confrontation avec la ou les victime(s). La police locale de Bruxelles Capitale/Ixelles a appris début septembre, via des bénévoles actifs dans le parc Maximilien, qu'un homme avait un comportement sexuel inadéquat. Celui-ci se présentait lui-même comme un bénévole. La police locale de Bruxelles Capitale/Ixelles a informé le parquet de Bruxelles et une enquête a été ouverte. Les policiers ont assez rapidement pu procéder à l'identification du suspect. L'homme a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles en 2000 pour des faits de même nature.

Dans cette enquête, la grande difficulté résidait dans l'identification d'une ou plusieurs victimes, étant donné que les personnes concernées sont en séjour illégal et dans des situations d'extrême précarité. Le lien de confiance établi entre les victimes, les bénévoles et la police a finalement permis d'identifier au moins une victime.

Le parquet a saisi le juge d'instruction pour la prévention d'attentat à la pudeur avec violence ou menace sur mineurs âgés entre 16 et 18 ans, à charge de M. D. Une perquisition a eu lieu mercredi dernier à son domicile. L'homme a été privé de sa liberté et entendu comme suspect. Il nie les faits. Après audition, il a été mis à disposition du juge d'instruction, qui a décidé de le placer sous mandat d'arrêt.