Faits divers Au moins deux prêtres belges sont au centre d’une instruction judiciaire.

L’Église belge n’en a pas encore fini avec les cas de pédophilie. Malgré la clôture en 2014 du centre d’arbitrage mis en place pour venir en aide aux victimes d’abus pédophiles prescrits (voir encadré), des victimes continuent à se manifester auprès des points de contact des diocèses.

Ainsi, ces trois dernières années, le point de contact pour les victimes d’abus pédophiles au sein de l’Église du diocèse de Tournai a reçu pas moins de 15 signalements de cas de pédophilie. "Ces derniers ont aussitôt été transmis au procureur du Roi car ils concernaient aussi bien des cas prescrits que des cas non prescrits et les points de contact n’ont pas la compétence de déterminer ce qui est prescrit. C’est au procureur du Roi de prendre cette décision car c’est un calcul difficile à faire. Parfois certains cas qui datent par exemple de 1975 ne sont pas jugés prescrits parce qu’il y a eu des abus plus récents par exemple", explique Pierre Bernard, juriste au point de contact du diocèse de Tournai.

Dans les quinze cas traités par le procureur, plusieurs se sont révélés prescrits.

(...)