Faits divers

Une rhinopharyngite diagnostiquée alors que c’était une pneumonie. Maryam, 2 ans, morte à l’HUDE Reine Fabiola.

BRUXELLES Nous apprenons qu’une famille de Laeken a déposé plainte ce week-end auprès de la police de Bruxelles-Capitale/Ixelles, 12 jours après le décès d’un enfant de 2 ans et demi survenu le 8 mars dernier à l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola.

Trois jours plus tôt, le samedi 5, un pédiatre de garde dans le service des urgences, un médecin “en formation” selon la famille, avait diagnostiqué une rhinopharyngite et prescrit la prise de Nurofen et Dafalgan “si nécessaire”.

L’état de Maryam ne s’améliorant pas, les parents sont revenus le lendemain à l’Hude où un diagnostic différent fut posé : pneumonie. Avec hospitalisation et mise en place immédiates d’un traitement à base d’antibiotiques puissants. Trop tard : l’enfant a sombré. L’arrêt cardiaque a été constaté le mardi à 12 h 59, le décès à 14 h 12.

La plainte déposée samedi identifie le médecin. La plainte sera communiquée au parquet de Bruxelles. Elle est déposée par l’oncle de Maryam, M. Monir Alatay, dans l’attente du retour des parents qui se trouvent pour l’instant au Maroc pour y enterrer leur enfant, à Tanger.

La petite était née le 17 juin 2008. Elle n’était qu’amour, douceur, tendresse, joie et désir de vivre. Ouassila et Soufian Alatay sont anéantis. Porte-parole des parents, son oncle Monir Alatay parle d’“erreur de diagnostic” mais aussi d’une consultation selon lui “expédiée”.

Les parents n’avaient pas dormi. Le samedi matin, le père se trouvait à 7 h 18 aux urgences. Selon lui, la consultation n’a “pas duré 15, 20 minutes” et le “jeune pédiatre est resté sur son diagnostic […], refusant de le faire confirmer par une radiographie ainsi que (le père de la petite) le suggérait”.

S’agissant de la consultation, la famille précise qu’il n’y avait pourtant à ce moment personne d’autre aux Urgences. Le papa a insisté sur la fièvre tenace de Maryam – 40 degrés de température depuis la veille. Les parents “s’en veulent de ne pas avoir pris l’avis d’un autre médecin” . Mais qui ? “L’hôpital Reine Fabiola a une telle réputation : quand un pédiatre des urgences de cet hôpital a posé son diagnostic, où aller ?”

Le dimanche, il est déjà trop tard. À 18 h 49, la pédiatre qui a succédé à son confrère comprend tout de suite : elle ne parle plus de rhinopharyngite mais de “pneumonie” avec “forte suspicion de bactériémie” . Maryam n’a plus que 41 heures à vivre. Pour l’agonie, les parents précisent qu’ils ont bénéficié au sein de cet hôpital d’un accompagnement qui fut remarquable. Ils n’en sont pas moins décidés. Dans leur démarche, ils font le choix d’un avocat spécialisé en responsabilité médicale.

Nous avons contacté l’hôpital Reine Fabiola hier à 10 h 20 (voir ci-dessous).



© La Dernière Heure 2011