Faits divers Les travailleurs de l'entreprise possèdent 41% de chances d'être un jour victime

BRUXELLES Quelque 2.120 accidents du travail dont deux mortels ont été recensés à La Poste sur toute l'année 2005. Une rapide division nous permet de conclure que, chaque semaine, 40 agents postaux en moyenne sont victimes d'un accident engendrant une incapacité de travail.

Selon nos informations, un postier possède 59% de chances de ne pas être un jour victime d'un incident sur le lieu de travail. Le taux de fréquence de 41% est quasi similaire à celui de 2004.

Les accidents du travail représentent un souci pour le travailleur mais également une perte économique pour l'employeur. Les 2.123 cas répertoriés (très précisément) ont représenté une perte de 68.478 journées. De source syndicale, on explique que le taux de gravité des accidents du travail serait de 1,33%. Mais celui-ci remonterait à 1,62% si le calcul tient compte des deux accidents mortels. Lesquels représentent une perte commune (forfaitaire) de 15.000 journées.

330 cas sur le chemin

«Les accidents les plus fréquents touchent les membres inférieurs, explique-t-on de source syndicale. Il s'agit bien souvent de foulures, d'entorses... Mais également de troubles psychologiques suite à une agression.»

Il y a les accidents sur le lieu de travail, il y a également les accidents sur le chemin du travail. En 2005, 336 ont été déclarés aux services postaux compétents. L'un d'entre eux a causé la mort d'un agent.

La direction de La Poste précise pour sa part qu'il est important pour les victimes de se faire connaître immédiatement après l'accident. «Une nouvelle campagne va être lancée en interne afin de rappeler la marche à suivre en cas d'accident», indique Emmanuel Foulon, le porte-parole de La Poste.

© La Dernière Heure 2006