Faits divers

L’information avait été lancée sur les réseaux sociaux courant du mois de novembre 2012 mais aussitôt qualifiée de "rumeur" pour ne pas "bousiller" une enquête des plus délicates pour la section mœurs de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles.

Aujourd’hui, La DH est toutefois en mesure de vous révéler que plus d’une vingtaine de jeunes femmes ont déjà été violées dans le bois de la Cambre. Pour l’écrasante majorité : des étudiantes, toutes majeures.

Sans arme, ni préservatif

Le modus operandi utilisé est toujours similaire. La victime rentre seule d’une soirée relativement arrosée au centre-ville et monte - sans avoir effectué une commande téléphonique préalable - dans ce qui a tout l’air - en apparence - d’être un véritable taxi.

S’ensuit un détour dans les alentours du bois où l’homme stationne son véhicule et passe - sans arme ni préservatif… - à l’acte dans l’habitacle. La plupart du temps, l’étudiante, passablement éméchée, ne suspecte rien jusqu’au dernier moment.

Au moins 2 violeurs différents

Le violeur (re)dépose in fine sa victime à proximité de son domicile et lui fait même parfois payer sa course… On dénombre plus d’une dizaine de nouvelles victimes depuis l’année passée et leurs témoignages laissent à penser qu’il y aurait - au moins - deux violeurs en série différents.

Les enquêteurs pensent en sus être confrontés à de faux taximen. Ceux-ci n’ont par contre pas la certitude que de véritables taxis - dont la plaque d’immatriculation commence par 1 - TX… - ne soient pas utilisés pour piéger les victimes.

Plus d’une vingtaine de plaintes ont été enregistrées depuis 2011 mais il est malheureusement sûr que toutes les victimes ne se sont pas manifestées (lire ci-dessous) auprès des services de police.

Un suspect interpellé vendredi passé

Un exhibitionniste avait été interpellé dans le bois de la Cambre pas plus tard qu’en date du dimanche 26 janvier 2014 et relâché sous condition dans la foulée. Il était en effet certain que le récidiviste - bien connu des autorités judiciaires - n’était pas l’un des violeurs en série actuellement recherchés.

Une interpellation - résultat cette fois d’une investigation de longue haleine et non d’un flagrant délit… - est par contre intervenue vendredi. Le suspect serait un faux taximan. Même s'il n'a pas été placé sous mandat d'arrêt, l'homme reste malgré tout toujours suspect dans ce dossier, a expliqué ce lundi le parquet de Bruxelles.

Le parquet encourage les victimes à toutes... se manifester

"Depuis 2011, il existe un total de 23 dossiers portés à la connaissance des différentes zones de police de Bruxelles dans lesquels de faux chauffeurs de taxi sont vraisemblablement impliqués", a confirmé ce lundi Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles. "Les victimes ne sont en aucun cas à blâmer (...) Une personne sous influence ne peut consentir à un contact sexuel. On peut comparer cette situation à celle de quelqu'un qui n'aurait pas fermé sa porte d'entrée : cela ne donne à personne le droit de venir le voler."

Et d'ajouter : "Après analyse des déclarations des victimes et des autres éléments du dossier, il semble que nous soyons confrontés à trois, voire quatre auteurs différents. Les enquêteurs estiment qu'il est possible qu'il y ait d'autres victimes de faits comparables qui n'ont pas encore porté plainte. Nous les encourageons donc à se faire connaître le plus rapidement possible. Pour la recherche d'indices, il est important que les victimes ne se lavent pas, pas plus que leurs vêtements."



Quelques précautions utiles à prendre avant d'embarquer dans un taxi

"Malgré les circonstances qui font l'objet de cette enquête, nous tenons à rappeler que prendre un taxi reste une manière sûre de rentrer chez soi, plutôt que, par exemple, reprendre le volant en ayant consommé de l'alcool", rappelle Ine Van Wymersch.

Et la porte-parole du parquet de Bruxelles d'insister : "Il y a quelques précautions utiles qu'on peut prendre pour s'assurer de ne pas monter dans un faux taxi : appeler soi-même un taxi appartenant à une société, l'attendre à l'intérieur du bar (etc.) et ne pas monter par hasard dans un véhicule qui s'approche."point presse du jour.


NOTE: Numéro à contacter si vous avez été victime de l'un des violeurs en série actuellement recherchés: 02 / 279.75.17 (Section Moeurs de la zone de police Bruxelles Capitale / Ixelles)