Faits divers

Une réunion s'est tenue ce mardi après-midi à l'hôtel de police de Spa pour revenir sur le meurtre, durant la nuit de samedi à dimanche, de l'inspecteur principal Amaury Delrez. Cette réunion qui réunissait, les autorités communales, le chef de zone et les organisations syndicales a permis de faire le point sur toutes les mesures qui ont été prises à l'égard du personnel après le décès du policier.

"Il s'agit là de l'accompagnement psycho-social mis en place par la zone avec notamment le rôle du service SPMT Arista (service externe de prévention et de protection au travail) et celui du service d'aide aux victimes. Dans ce cadre et suivant un protocole d'accord entre les zones de police, c'est le service de la zone de Stavelot-Malmedy qui est intervenu immédiatement après les faits. Le stress team de la police fédérale est aussi intervenu", explique Eddy Quaino, permanent Police CGSP Admi. "Le choc émotionnel est très important au sein de cette petite unité où tout le monde se connait", insiste-t-il.

Les différents intervenants sont aussi revenus, lors de cette réunion, sur le déroulement de l'intervention, le rôle de la police fédérale, alors que la sécurité était maximale à l'occasion du Grand Prix de Francorchamps.

"On s'est penché sur ce qui a été mis en place mais aussi sur ce qui pourrait à moyen ou long terme, être revu en terme de processus d'intervention pour éviter que de tels drames ne se reproduisent à l'avenir", ajoute Eddy Quaino, qui plaide pour la création de centres d'entraînement provinciaux où les agents pourraient s'entraîner plus régulièrement au tir et suivre différentes formations en matière, par exemple, d'interception de véhicules.

L'organisation des funérailles du policier a également été évoquée lors cette rencontre. "La cérémonie se tiendra jeudi en l'église de Theux, en présence du ministre de l'Intérieur et de celle d'un représentant du Roi", conclut le permanent CGSP.