Policier schaerbeekois inculpé

Gilbert Dupont Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Un manque d'intégrité et des mails qui choquent

SCHAERBEEK Ce mari s'étonnait. Dans le cadre d'un divorce difficile, la procédure tournait trop à son désavantage.

Ce mari, Michaël, 40 ans, un informaticien bruxellois d'origine libanaise, a fini par comprendre : sa femme entretenait une liaison avec un policier de Schaerbeek.

L'affaire, que traite le parquet de Bruxelles, prend un caractère exceptionnel. En effet, le mari a eu accès aux mails échangés par les amants. Ceux-ci sont choquants.

La police de Schaerbeek confirme. Selon nos infos, le policier a été inculpé de faux et corruption par le juge, Mme Jaspis.

Le parquet demandera son renvoi en correctionnelle pour s'être procuré illégalement un P.-V. d'enquête familiale rédigé par une collègue amie et avoir remis ce P.-V à sa maîtresse. Les mails ont été saisis par le service du contrôle interne de la zone de police BruNo (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse, en Région bruxelloise). Et dire que ce policier de 42 ans, Philippe L., connu de ses collègues comme Philippe Saturday Night Fever, est toujours en service !

Cette nuit-là, il est 1 h 43 quand il écrit à sa chérie : "Je suis constamment là pour toi. Je réponds à tous les services que tu me demandes, [...] jusqu'à risquer ma place pour arranger tes histoires et même mentir dans mes P.-V. pour ton bien (enfoncer ton mari, rédiger un faux P.-V. d'agression). [...] Tu dois savoir que je suis le bras droit du procureur et du juge. [...] Les gens qui se présentent dans mon bureau ressortent en marchant comme des petits canards à la culotte mouillée : c'est la coulante dans leur pantalon. Ils ne savent plus quoi dire. J'ai en moi la rage de vaincre, de les remettre à leur place, de leur clouer le bec. S'ils continuent malgré tout de faire de leur genre : hop ! en cellule, P.-V., contact magistrat, big explication, et tant pis pour eux. Tu vois, je suis un flic très humain [...] Je te rappelle que ma meilleure cote à l'examen de chief inspector était 8/10..."

Évidemment très défavorable au mari, l'enquête familiale concluait au fait que c'est le père de famille qui, par ses agissements, avait fragilisé son épouse et mis en danger l'équilibre mental des enfants. En fait, l'enquête avait tout simplement été réalisée par une collègue influente du service jeunesse.

Pour la remercier, Saturday Night Fever lui écrit : "Un très très grand et immense merci : ton P.-V. est vraiment super ! En le lisant, j'ai vraiment l'impression que Suzanne (emprunt) est en train de me parler. Conclusion : deux ballotins de pralines et deux cafés. Suzanne sera contente et soulagée, tu sais."

Et la policière répond : "Tant mieux, je suis contente pour elle. Dis-lui de ne pas stresser. De toute façon, tu sais bien qu'en Belgique, il ne faut pas compter sur la justice."

Mais Saturday Night Fever poursuit : "Pour ton info, ça continue avec le mari. Je reste calme, mais je vais finir par lui péter la gueule à la façon Brigade 2. Je te jure qu'il va y laisser ses dents." En effet, dans cette zone, les policiers travaillent en brigade. Faut-il imaginer que ceux de la brigade 2 ont le plus urgent besoin d'un bon Comité P ?

Autre mail sidérant du policier, adressé à sa maîtresse : "Ton mari, je suis décidé à le massacrer de façon ignoble, à la hache par exemple, et je me fiche éperdument des répercussions. S'il continue de me pousser à bout, c'est la prison à vie pour moi : je lui explose la tête, à bout portant, avec une cartouche metal piercing.

Il faut vraiment que je lui casse la gueule de manière à ce qu'il ait des séquelles physiques graves et irrémédiables. Je veux le déchiqueter. Laisse-moi le décapiter. Et son fils (également celui de la jeune femme, NdlR), il devient le même enculé que son père. S'il veut vivre chez moi, ce petit merdeux de 12 ans, il fermera sa putain de gueule de fils de pute de putain de Libanais de merde. [...] Ton mari est protégé, oui, car c'est un bougnoule. "

Selon nos infos, ce policier est inculpé... mais toujours en service. Il n'a pas été suspendu, mais déplacé avec interdiction stricte, selon le porte-parole, Johan Verleye, d'être au contact du public.



© La Dernière Heure 2007
Gilbert Dupont