Faits divers L’acte d’accusation comporte des détails qui font froid dans le dos.

Le début du procès et la lecture de l’acte d’accusation ont révélé des détails sordides qui rendent cette affaire encore plus tragique. Une des fillettes a été étranglée et l’autre égorgée et le feu a été bouté dans l’immeuble.

L’avocate générale Marianne Lejeune a commencé l’audience par la lecture de l’acte d’accusation. Celui-ci comporte des détails qui font froid dans le dos. Les fillettes avaient des traces de ces médicaments dans le corps. Naora qui a été égorgée portait des traces de défense.

Un égorgement important avec la rupture de l’ensemble des muscles de la gorge, de l’œsophage, de la trachée et des gros vaisseaux présents dans le cou a été constaté.

L’égorgement a été réalisé en s’y prenant à plusieurs reprises et a causé une entaille dans la colonne cervicale.

Loana qui a été étranglée avait des traces de morsure au bras commises par un adulte. Il y avait, tout autour de sa gorge, un sillon d’une taille approximative d’un centimètre laissant penser que la fillette a été étranglée avec un lien semblable à la corde découverte dans la chambre à coucher.

Peu avant les faits, Philippe Roufflaer a envoyé plusieurs messages demandant qu’on l’excuse pour ce qu’il allait faire et qu’il voulait être enterré avec ses filles. En 2012, il avait déjà envoyé une lettre à son père dans laquelle il parlait d’un épisode très ressemblant à ce qui lui est aujourd’hui reproché et dans lequel, les deux enfants, sa femme et lui seraient morts de sa main. "Je t’écris dans des circonstances qui sont dramatiques", écrivait-il. "Ne m’en veux pas d’avoir fait cela, je suis mauvais perdant et aime avoir le dernier mot ! J’ai fait un choix et j’emporte tout le monde avec moi. C’est ma famille je suis seul maître de leur destin."

Le soir qui a précédé les faits, il a filmé Naora qui semble somnolente et qui est habillée d’un pyjama correspondant à celui qu’elle portait lors de l’intervention des pompiers.

Philippe Roufflaer déclare qu’il la filme pour avoir un souvenir. Il y explique aussi dans un long monologue les problèmes qu’il rencontre avec la mère des enfants. La fillette y déclare qu’elle "voyait flou".