Faits divers

La défense de Jérémy Wintgens a présenté mardi matin devant la cour d'assises de Liège ses arguments de défense. 

Les avocats ont stigmatisé le comportement de la victime la nuit des faits et ont fait le procès du comportement des autres accusés.

Me Maxim Toller a affirmé que Jérémy Wintgens n'avait pas participé à une chasse à l'homosexuel la nuit des faits et qu'il n'avait pas commis un assassinat. L'avocat a stigmatisé le comportement d'Ihsane Jarfi la nuit des faits en relevant que c'est lui qui a abordé les quatre accusés lorsqu'ils ont immobilisé leur véhicule devant l'Open Bar à Liège.

Pour l'avocat, Ihsane Jarfi a excité la curiosité de ces quatre hommes qui lui étaient inconnus en leur proposant de leur trouver des filles. Puis, il est monté volontairement dans leur voiture, il a tenu des propos graveleux et il leur a fait des propositions homosexuelles. Pour la défense, c'est le comportement d'Ihsane Jarfi qui a fait basculer la soirée.

La défense a également pointé la responsabilité d'Eric Parmentier dans les raisons qui ont fait basculer la soirée. Pour Me Toller, c'est lui qui a échafaudé un projet d'humiliation qui consistait à frapper Ihsane Jarfi, à le déshabiller, à l'abandonner loin de Liège et à lui rendre un retour vers Liège très compliqué. "Il s'agissait de donner une leçon à un homosexuel par rapport à ses propositions", a soutenu l'avocat.

La défense de Jérémy Wintgens a limité son rôle à quelques coups portés à Ihsane Jarfi. Jérémy Wintgens serait resté dans la voiture lorsque les autres accusés lui ont porté le plus grand nombre de coups avant de l'abandonner dans une prairie.

Selon Me Jean-Louis Gilissen, Jérémy Wintgens doit être déclaré coupable des faits commis dans le dossier annexé qui concerne un vol avec violences commis sur un déficient mental. Par contre, dans le volet du dossier relatif à l'agression d'Ihsane Jarfi, l'avocat a soutenu que l'enquête a été orientée et qu'elle a manqué d'objectivité. Me Gilissen a affirmé que le chef d'enquête avait des partis pris.

La défense a contesté le caractère prémédité des faits commis par Jérémy Wintgens. Me Gilissen a affirmé que son client a porté des coups et blessures volontaires à Ihsane Jarfi. Il n'a pas initialement souhaité son décès mais, en portant ces coups lors d'une scène qui a été trop loin, il ne pouvait pas ignorer que ces coups pouvaient entraîner le décès d'Ihsane Jarfi. La défense a reconnu la culpabilité de meurtre.