Faits divers

Ils seraient donc des assassins homophobes et des tortionnaires.

L'avocat général Marianne Lejeune a insisté jeudi après-midi devant la cour d'assises de Liège sur la gravité des faits commis par les accusés de l'homicide d'Ihsane Jarfi. Pour le ministère public, Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier doivent être reconnus coupables des faits selon les qualifications juridiques les plus graves.

Ils seraient donc des assassins homophobes et des tortionnaires. Lors de sa réplique aux arguments qui ont été développés en plaidoiries, l'avocat général Marianne Lejeune a rappelé ses réquisitions de culpabilité pour des faits d'assassinat dirigées contre les quatre accusés. Selon le ministère public, Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier doivent être reconnus coupables en qualité d'auteurs des faits. Aucune notion juridique de complicité ne peut être retenue en faveur d'aucun accusé.

Pour l'avocat général, les quatre accusés ont apporté une aide indispensable dans le déroulement des faits. Ihsane Jarfi s'est retrouvé face à quatre personnes qui l'ont agressé lorsqu'il est monté dans leur voiture. "Les quatre accusés ont porté des coups. Personne n'est intervenu pour permettre à Ihsane Jarfi de sortir de la voiture ou pour le mettre dehors", a souligné Mme Lejeune.

Selon le ministère public, c'est lorsqu'ils ont abandonné Ihsane Jarfi agonisant dans un champ que les auteurs ont manifesté leur intention homicide. Ihsane Jarfi a été frappé et déshabillé. Il a été abandonné nu dans ce champ et personne ne s'y est opposé. "C'était un effet de groupe. Tout le monde, parmi les accusés, était d'accord pour en arriver à une telle situation. A ce moment-là, ils ont exécuté Ihsane Jarfi!", a soutenu l'avocat général.

L'avocat général a souligné aussi que le mobile des faits commis par les accusés est l'homophobie. Ils ont voulu infliger une humiliation et un déshabillage à Ihsane Jarfi. Eric Parmentier l'a reconnu lorsqu'il avait précisé qu'il avait "fait son affaire à un sale pédé".

Le parquet général s'est aussi opposé à la stratégie de défense de Mutlu Kizilaslan, dont l'avocat, sans le plaider, a évoqué la possibilité de faire interner son client en se basant sur la loi de défense sociale. Selon Mme Lejeune, Mutlu Kizilaslan ne doit pas être interné car il ne se trouvait pas dans un état de déséquilibre mental au moment des faits. Il existe, selon le ministère public, un risque terrible de se tromper en décidant d'interner Mutlu Kizilaslan. Une erreur sur ce point pourrait même entraîner la remise en liberté de Mutlu Kizilaslan, alors qu'il présente un risque de récidive.

Pour les quatre accusés, l'avocat général a rappelé sa demande de culpabilité pour l'assassinat d'Ihsane Jarfi avec circonstance aggravante d'homophobie, pour un vol commis à son préjudice, pour des tortures, pour des traitements inhumains, pour des traitements dégradants et pour une détention arbitraire.

L'avocat général a aussi réclamé la culpabilité de Jérémy Wintgens et Jonathan Lekeu pour un vol avec violences perpétré sur Suger Depret.