Procès Kitty: le bras de fer commence

Jean-Pierre De Staercke Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Les parties civiles plaident aujourd’hui devant les assises de Bruxelles. Le procureur général requiert demain

BRUXELLES Rideau sur les témoignages, hier. Et, à partir de ce matin, ce sont les ténors qui vont animer les audiences.

Pour rappel, Mes Jef Vermassen et Sven Mary figurent parmi les avocats des parties civiles qui prendront la parole aujourd’hui pour fustiger, une première fois, les alibis de Cheikhni, Kurum et Iasir qui se disent étrangers aux vols et à la fusillade qui a coûté la vie à la policière Kitty Van Nieuwenhuysen. C’était à Lot, la nuit du 3 au 4 décembre 2007.

Les derniers témoins entendus hier concernaient surtout le deuxième accusé, Galip Kurum. Ses parents, notamment, ont dressé un portrait élogieux de leur fils, “bien éduqué, droit et loyal”.

S’il a perpétré des délits dans le passé, c’est en raison de son caractère influençable. Mais, depuis un long séjour en prison, il aurait choisi de revenir dans le droit chemin. Il ne peut être l’auteur ou le co-auteur de la fusillade de Lot, pensent les témoins. Par ailleurs, l’on sait que dans les jours qui ont suivi le drame Lot-Beersel, les trois accusés sont partis à l’étranger dans la précipitation.

Kurum s’est notamment rendu chez ses parents, en Turquie. Ceux-ci ont expliqué, hier, à la cour et au jury qu’il ne semblait pas inquiet ou stressé. Le deuxième accusé avait déclaré lui-même que ce voyage était programmé depuis longtemps mais qu’il avait précipité son départ parce que sa mère avait connu un souci de santé, moins grave que celui annoncé au départ.

La mère de la compagne actuelle de Kurum, Véronique Fontaine, et le fils de celle-ci ont également livré des témoignages favorables pour le deuxième accusé du procès Kitty. Il semble bien intégré dans sa belle-famille. Il est connu comme un homme qui a du caractère mais qui est profondément pacifique et jamais agressif.

À la barre des témoins, hier également : Angelo A., le meilleur ami de Hassan Iasir. Le témoin a assuré que son ami était tout à fait innocent, que “l’enquête judiciaire et le procès actuel ont traumatisé sa famille”. De rappeler que le troisième accusé avait déjà été acquitté pour des délits graves qui lui étaient reprochés.



© La Dernière Heure 2011
Publicité clickBoxBanner