Faits divers

Une Liégeoise de 66 ans a été condamnée mercredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 15 mois de prison avec sursis et à une amende avec sursis pour avoir commis des faits liés à la tenue d'une maison de débauche et à l'exploitation de la débauche. Un homme qui était suspecté de lui avoir apporté son aide a par contre été acquitté. A la suite d'un contrôle de police et du service des lois sociales, plusieurs prostituées avaient dénoncé les méthodes pratiquées par une dame de 66 ans qui était la gérante d'un "salon de massage". L'endroit, dénommé "Ma Lolita", était en réalité une maison de débauche considérée comme un endroit de prestige par la clientèle car il fonctionnait selon des méthodes anciennes. Certaines filles embrassaient les clients et acceptaient de travailler sans préservatif.

L'exploitante, surnommée "la Macrâle", a depuis lors fermé son établissement. Elle a été condamnée à une peine de 15 mois de prison avec sursis et à une amende avec sursis. Le tribunal a également prononcé contre elle une confiscation par équivalent de 70.000 euros.

Un homme âgé de 66 ans, surnommé "Jeannot le manchot", était suspecté de lui avoir apporté son aide et des conseils dans la gestion de cet établissement. Mais le tribunal n'a retenu aucune prévention contre cet homme qui a été acquitté.