Faits divers

Cette jeune fille avait précisé qu'elle aimait beaucoup son "grand-père" lorsqu'il avait un comportement normal mais qu'elle ne l'appréciait pas du tout lorsqu'il lui imposait des scènes de "cochonneries".

Le parquet a requis jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 4 ans de prison ferme contre un homme âgé de 62 ans poursuivi pour des faits de viols sur une jeune fille qui était handicapée mentale et physique.

Les faits se seraient prolongés sur une période de 7 ans. Plusieurs faits de viols et d'attentats à la pudeur sont reprochés au prévenu. Mais les principaux faits concernent des viols commis entre 2006 et 2013 sur une jeune fille qui était atteinte d'un handicap mental et physique. Cette jeune fille avait révélé à des personnes extérieures à sa famille qu'il avait été violée à plusieurs reprises entre ses 14 ans et ses 21 ans par l'homme qu'elle considérait comme son grand-père.

Cette jeune fille avait précisé qu'elle aimait beaucoup son "grand-père" lorsqu'il avait un comportement normal mais qu'elle ne l'appréciait pas du tout lorsqu'il lui imposait des scènes de "cochonneries".

Le prévenu était le père du compagnon de la mère de la jeune fille. Outre les faits de viols, il lui est également reproché des faits d'attentats à la pudeur sur cette jeune fille et sur deux autres filles de son entourage proche, dont une présentait également un handicap.

Face au prévenu qui conteste les faits, le parquet a requis une peine de 4 ans de prison ferme. Le prévenu s'est défendu en affirmant qu'il était victime d'une cabale familiale, 20 ans après un divorce qui aurait mal tourné.