Faits divers Il avait mis sur pied un trafic de drogue juteux en exploitant des illégaux marocains

NAMUR Poursuivi pour avoir mis sur pied un réseau de vente de stupéfiants et pour traite des êtres humains, Rachid le Boiteux a été condamné hier à 6 ans de prison ferme. Ses deux lieutenants écopent chacun d'une peine de 4 ans.

Mohamed El Amraoui, un Marocain de 28 ans, résidant à Bruxelles, affligé d'une claudication qui lui vaut le surnom de Rachid le Boiteux, semble être un personnage de fiction tant il ressemble à l'idée que l'on peut se faire d'un chef de gang que rien n'arrête. Il avait installé dans trois appartements de Namur des compatriotes qui étaient chargés d'écouler l'héroïne et la cocaïne qu'il se procurait en Hollande.

Les adresses étaient connues des clients de toute la Wallonie. Un système identique était mis en place à Liège.

Rachid tenait l'organisation très durement en main. Ainsi, les vendeurs étaient des Marocains, introduits illégalement en Belgique, qu'il avait recrutés dans le sud de l'Espagne en leur promettant un honnête travail et une épouse belge. En réalité, ces hommes, qui ont tous bénéficié d'un non-lieu ou d'un acquittement, étaient littéralement séquestrés dans les appartements. Leurs papiers étaient confisqués. Ils n'avaient pas d'argent. En leur livrant la drogue, Rachid ou ses lieutenants leur déposaient aussi des cigarettes et de quoi manger. L'un de ces malheureux avait tenté de s'évader. Il avait été repris trois heures plus tard à Ottignies et enfermé 3 jours à clé dans un immeuble de Bruxelles. Pour le substitut Laurence Maudoux, il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait bien là de traite des êtres humains.

Dans les attendus de son jugement, la présidente Matagne admet que ce dossier n'est que la partie visible, une petite filiale, d'une entreprise criminelle multinationale.

© La Dernière Heure 2002