Faits divers Rayan, 20 ans, a été incarcéré suite à un accident avec une moto.

Rayan se souviendra encore longtemps de ses vacances de cette année, en Espagne, non loin d’Alicante.

Le jeune homme était parti début août et il n’est toujours pas revenu. Non pas qu’il avait réservé un séjour particulièrement long mais bien parce qu’il est incarcéré en Espagne, dans une prison réservée aux moins de 21 ans.

Le Louviérois de 20 ans n’est, en effet, plus libre depuis un accident de la route survenu non loin de son logement espagnol.

"Il s’est rendu compte qu’il avait dépassé l’allée de son appartement et a voulu faire un demi-tour. Alors qu’il s’apprêtait à retourner sur ses pas mais qu’il était encore à l’arrêt, une moto s’est retrouvée sur son capot. Selon ses copains qui se trouvaient dans la voiture avec lui, elle roulait très vite", raconte Andie, la sœur de Ryan.

La conductrice de l’engin a été grièvement blessée. "Au début, on disait qu’elle était entre la vie et la mort. Elle est finalement hors de danger mais elle a dû subir une grave opération."

Dix appels la semaine, une visite au carreau tous les sept jours et deux à table de trois heures : tel est le sort du Louviérois. "Il n’en peut plus ", s’exclame sa sœur.

Selon cette dernière, la détention de son frère a été justifiée de trois manières. "On a d’abord dit que c’était parce qu’il était belge et qu’ils devaient disposer de toutes les infos. On a ensuite indiqué qu’il fallait connaître l’évolution de l’état de la victime. Désormais, on lui demande d’attendre les résultats d’une prise de sang qui a été réalisée afin de détecter une éventuelle présence de drogues dures."

Il faut savoir que le test alcoolémie et celui pour les petites drogues se sont avérés négatifs. "Cela fait plus d’un mois que cette prise de sang a été réalisée. Ils ont précisé que le labo avait été fermé durant un mois. Mais même, cela commence à faire long. On lui avait pourtant dit que si ses tests étaient négatifs, il pourrait sortir", s’exclame sa sœur.

La famille de Rayan tente de le protéger un maximum. "Mes parents sont partis le rejoindre dès le lendemain de son incarcération. Ils ont pris un avocat. Moi, je prends des contacts en Belgique pour un avocat. Nous devons tout faire pour le sortir de là."

Aberration du système : les deux copains qui se trouvaient dans la voiture avec Rayan ont été priés de partir ce jour-là. Ils n’ont pas pu témoigner. Mais désormais, l’avocat estime qu’il serait bien qu’ils reviennent en Espagne pour expliquer ce qu’ils ont vu.

Au niveau des témoignages, un taximan aurait déclaré que la moto roulait tellement vite qu’il n’avait rien vu venir. Toujours est-il que les proches de Rayan se demandent pourquoi rien ne bouge.

"Pour la procédure, il n’y a rien qui avance. On en vient à croire que la victime est protégée ou que sais-je… On sait en tout cas que sa famille veut que Ryan reste en prison. Notre avocat se demande aussi si ce n’est pas lié avec le dossier Puigdemont, le politicien souhaitant l’indépendance de la Catalogne, venu se réfugier en Belgique."