Faits divers

Renée Duchâtelet, 69 ans, de Celles (Hainaut) est bloquée au Brésil depuis 25 jours à cause de son appareil respiratoire. Mais grâce à l’intervention des médias et du SPF Affaires étrangères, elle va enfin obtenir son billet de retour.

Nous vous parlions samedi dernier du cas de Renée Duchâtelet, de Celles (Hainaut). Cette dame de 69 ans était partie au Brésil pour assister au mariage de son fils, Laurent Mougeot, avec une star de la téléréalité brésilienne. Son vol aller, mi-mars, à partir de Paris, s’était déroulé sans problème. Pourtant, le 2 avril, lorsqu’elle tente de prendre son vol de retour, c’est le début des ennuis. La compagnie aérienne, Latam Airlines, refuse de la laisser monter à bord de son vol de retour, à cause de son appareil respiratoire, qui n’est pas homologué au Brésil. Or, Renée a des problèmes de santé sérieux et en a impérativement besoin pour voyager, en particulier sur un si long vols. Après 3 semaines de déceptions et autres démarches infructueuses, Renée ne voyait pas de solution et un proche nous avait contacté via le bouton Alertez-Nous de DH.be. La DH a alors contacté le SPF Affaires étrangères qui s’est engagé à faire avancer le dossier. Et il semble que cela a porté ses fruits.

“La compagnie aérienne vient de nous proposer un billet de retour. Elle pourra rentrer avec son appareil respiratoire”, se réjouit Vincent Gabant, le frère du fils de Renée. “Je crois que c’est grâce à l’intervention des médias, puis des Affaires étrangères, qui ont mis la pression. “Tout n’est pas encore réglé, cependant. “Elle pourrait déjà être partie, mais il reste un problème. À cause de la durée inattendue de son séjour, elle est à cours de son médicament, le Sintrom (contre la thrombose).

Elle n’en prend plus depuis 4 jours! Ils n’en ont pas au Brésil et sans lui, elle risque des problèmes dans l’avion, avec l’altitude et la différence de pression. Je dois lui envoyer la liste des principes actifs et toutes les indications liées à ce médicament pour qu’un médecin brésilien puisse lui trouver un équivalent. Alors, seulement, elle pourra revenir chez nous. J’espère que ce sera rapide.”