Faits divers

Pour l’usage qu’ils faisaient de leur nationalité…

BRUXELLES La Belgique comptera bientôt sept Belges en moins dont, selon nos infos : Tarek Amor Sliti et Abdelkrim El Hadouti, deux comparses du réseau de Nizar Trabelsi. Pour un autre membre, le Belgo-Marocain de Bruxelles Tarek Maaroufi qui était devenu belge fin 1993, c’est déjà chose faite depuis le 26 janvier 2009.

C’est la première fois depuis la fin de la guerre que la Belgique décide de retirer la nationalité à des compatriotes dont le comportement, condamnations à l’appui, montre qu’ils ont “gravement manqué aux obligations d’un citoyen belge” , encore que – sauf dans le cas de Belliraj – c’est parce qu’ils sont devenus belges via un mariage blanc (mariage simulé) que la décision est prise.

Outre Amor Sliti, Abdelkrim El Hadouti et Tarek Maaroufi, les procédures visent Abdelkader Belliraj – récemment condamné à perpétuité au Maroc et soupçonné de six assassinats en Belgique dont celui du professeur Joseph Wybran – et Mohamed Reha, condamné à 10 ans de prison au Maroc pour y avoir constitué un réseau dans la mouvance d’al-Qaida.

Enfin, un projet de loi en préparation chez Melchior Wathelet visant à mieux préciser les critères susceptibles d’entraîner la perte de la nationalité belge permettra de multiplier ces procédures. Ce texte pourrait être adopté avant la fin de l’année. La perte de la nationalité entraîne celle des avantages – matériels et autres – liés à celle-ci.

Abdelkader Belliraj et Mohamed Reha, qui sont détenus au Maroc, perdront la nationalité belge sans avoir revu la Belgique. La procédure visant Reha est fixée au 19 janvier.

Arrêté le 11 novembre 2005 à Tanger, Reha, qui n’a que 22 ans, avait été condamné le 19 septembre 2007 à Rabat avec 17 membres de son réseau, dont deux anciens de Guantanamo.



© La Dernière Heure 2009