Faits divers

Sept perquisitions ont été menées fin mai en région bruxelloise dans le cadre d'un vaste trafic d'objets volés écoulés en très grande partie au Maroc. La police a mis la main sur 440 biens volés, principalement des téléphones et ordinateurs portables, pour une valeur marchande de l'ordre de plusieurs dizaines de milliers d'euros, indique mercredi le parquet de Bruxelles. Le dossier de recel en association a été initié fin de l'année 2017.

L'association est constituée de cinq receleurs principaux nés entre 1968 et 1982, tous déjà connus de la police, et essentiellement active en région bruxelloise. Les receleurs étaient essentiellement spécialisés en téléphones et ordinateurs portables, maroquinerie, accessoires de luxe et téléviseurs.

Les différents butins découverts lors des perquisitions opérées simultanément le 23 mai dernier provenaient de vols à la tire, de vols avec violence, mais également de vols avec effraction, notamment dans des commerces.

Au total, les enquêteurs ont saisi 111 smartphones, 26 ordinateurs portables, 22 tablettes tactiles, 14 appareils photos, 33 articles de luxe, cinq télévisions à écran plat, deux voitures et autant de vélos dont un électrique, plus de 5.200 euros ainsi que nombre d'autres appareils et accessoires électroniques.

Une à deux fois par semaine, les receleurs envoyaient les marchandises volées au Maroc par l'entremise de complices officiant au sein d'une société bruxelloise privée de transports.