Faits divers Devant le tribunal, le Standarman a écopé de 50h de travail au Monde Sauvage d'Aywaille

LIÈGE Décidément, rien ne sera épargné à Sergio Conceição, le prodige tumultueux du Standard.

En effet, le capitaine des Rouches qui encourt une lourde peine sportive a fait l'objet de l'attention particulière du pouvoir judiciaire liégeois.

En cause: une fois de plus son attitude lors du match contre Zulte-Waregem de sinistre mémoire. Tout le monde s'en souvient, le 21 mars dernier le Portugais avait craché sur un adversaire avant d'enlever son maillot et de le jeter à la figure de l'arbitre. Mais, et c'est là que la justice intervient, il aurait également eu des gestes provocateurs à l'encontre des supporters flandriens.

En infraction avec la loi Football, la police de Liège a dressé un procès-verbal.

Du coup, c'est fort discrètement que le dossier du joueur a été étudié par le parquet de Liège. «C'est normal», explique Marcel Cousteau, magistrat liégeois. «C'est un dossier comme tant d'autres. Il n'y avait aucune raison de le médiatiser. Le joueur a bénéficié du même traitement que tout le monde.»

C'est donc avec la même politique que Conceição a été entendu. «Il a compris ce que nous lui reprochions. Devant l'absence d'antécédents, nous avons décidé de le faire comparaître dans le cadre d'une procédure accélérée. Nous n'avions pas fixé de date, en attendant la décision sportive. Comme il est déjà suspendu, nous avons décidé de faire diligence pour que sa comparution ne le handicape pas pour le futur.»

Le capitaine des Rouches a donc comparu devant le tribunal où il a écopé d'une peine de travail de 50 heures. «Le tribunal a en effet tenu compte de ses remords et de son absence d'antécédents, mais aussi de sa notoriété et de l'exemple qu'il doit montrer aux jeunes», conclut M.Cousteau.

Détail piquant: Conceição a été envoyé pour prester ses heures de travail au Monde Sauvage d'Aywaille.

Là, il a été chargé, entre autres, de l'accueil des écoles, mais aussi du nettoyage des enclos réservés aux lamas...

L'histoire ne dit pas si les animaux ont apprécié ou s'ils étaient fâchés! Et quand lamas fâchés...

© La Dernière Heure 2006