Faits divers

Janssen l’a forcée à entretenir des relations sexuelles et l’a ensuite abattue

BRUXELLES Voisins de Ronald Janssen, Shana Appeltans et Kevin Paulus sont tués la nuit du samedi 2 janvier 2010. Ils ont 18 et 22 ans. Leurs corps sont découverts dans l’Opel Corsa du couple. Ronald Janssen fait état de relations de voisinage difficiles. La Corsa a complètement brûlé.

“Cette nuit-là, je ne pouvais pas dormir. J’étais dehors en train de regarder la nature quand les voisins sont rentrés avec l’Opel Corsa. Me voyant, Kevin, qui conduisait, a manœuvré pour me renverser et m’a traité de stom varken (littéralement : cochon imbécile, NdlR).

“De colère, j’ai couru à la maison. Je voulais les tuer et les immoler. Chez moi, j’ai pris deux armes et une bouteille vide de white-spirit que j’ai remplie avec de l’essence pour la tondeuse.

“C’est Shana qui a ouvert. Avec les armes, je les ai forcés à entrer dans la Corsa. J’ai obligé Kevin à prendre le volant et Shana à s’asseoir à l’arrière. À l’arrière, elle était coincée. ( La Corsa blanche du couple était un modèle à 3 portes, empêchant la fuite par l’arrière, NdlR). Je me suis assis à côté de Kevin. On a démarré, on a roulé.

“J’ai dit à Kevin d’arrêter dans un chemin. J’ai tout de suite tiré deux fois dans sa tête. Tout de suite, dans la tempe, à droite. Shana, à l’arrière, ne pouvait pas s’enfuir.

“J’ai poussé le corps (de Kevin, NdlR) pour pouvoir me mettre à sa place, au volant. J’ai roulé jusqu’à un verger. Là, j’ai sorti Kevin de la voiture. J’ai traîné le corps jusque derrière la voiture. Je me suis remis au volant et j’ai roulé en marche arrière. On a roulé sur le corps.

“Shana ne disait rien. Mais elle a supplié de la laisser partir. Je lui ai dit D’accord ! à condition de faire l’amour avec moi. Elle était d’accord. On était dans la voiture. Je me suis déshabillé.

“Après, j’ai réalisé qu’elle avait fait l’amour en fait parce qu’elle avait eu peur de moi et donc qu’au fond, je l’avais violée.

“Alors je lui ai dit de se retourner. Elle s’est retournée. J’ai pris le revolver qui se trouvait sur le siège conducteur et j’ai tiré deux fois dans sa tempe puis une troisième dans la poitrine et, pour être certain qu’elle était morte, une quatrième fois dans son sexe.

“Après ça, je suis sorti pour me rhabiller et j’ai mis le corps de Kevin dans le coffre. J’ai roulé jusqu’à l’endroit où j’ai mis le feu à la Corsa, là où vous (les policiers, NdlR) l’avez trouvée.

“Puis j’ai traversé par les champs pour rentrer chez moi. J’estime qu’à 4 h, j’étais rentré.
“J’avais les vêtements couverts de sang. Je les ai mis dans le poêle qui brûlait et à 8 h, j’ai retiré les cendres que je suis allé disséminer dans un fossé. J’ai encore jeté l’arme dans le Demer.”

Des quatre armes que Ronald Janssen – enseignant de 38 ans – détenait ainsi d’ailleurs que 400 cartouches de calibre .22, celle dont il s’est débarrassé dans le cours d’eau est la seule qui n’a pas été retrouvée.

Interpellé le surlendemain mardi 4 janvier 2010 à 8 h 30, Ronald Janssen est interrogé toute la journée. C’est le pressentiment d’un voisin qui met la police sur la piste Janssen.

Pendant des heures, les policiers trouvent Janssen “plein d’humour, d’un commerce agréable”.

En fin d’après-midi, les policiers pensent faire fausse route.

À 21h30, ils s’accordent une pause repas d’une demi-heure. À la reprise, à 22 h, Janssen annonce : “Je veux dire la vérité.”

La police trouve un Derringer .22 dans un sac de nourriture pour chat et, dans un bocal enterré à 80 cm, un Walter PP et un FN Browning.

Ronald Janssen a par la suite encore subi 9 auditions lors desquelles il s’est efforcé de revenir sur certains aveux, notamment le viol de Shana.

© La Dernière Heure 2011