Faits divers Hans Van Themsche a collaboré lors de la reconstitution

ANVERS La reconstitution des crimes racistes commis le 11 mai dernier par Hans Van Themsche, un skinhead de 18 ans, organisée jeudi dans les rues d’Anvers, s’est bien passée, selon le parquet local. Les déclarations faites pendant l’enquête ont été confrontées aux versions livrées par différents témoins au cours de cette reconstitution.

Lors de ce périple meurtrier dans les rues de la métropole, le jeune homme avait grièvement blessé une femme d’origine turque avant de tuer une nourrice malienne et l’enfant de 2 ans qu’elle gardait. Il avait été arrêté par un policier qui, alerté par des témoins, l’avait blessé par balle. “Hans Van Themsche a collaboré très rapidement et a donné les renseignements nécessaires qui étaient importants. Tout ce qui a été initialement constaté a été confirmé par la reconstitution”, a déclaré le juge d’instruction. “Dans la recherche de la vérité, tout a été constaté sur photo et vidéo. Ce matériel sera très important pour le juge du fond. C’est plus clair qu’un dossier écrit”.

Le juge n’a pas tenu à s’exprimer sur l’attitude de Hans Van Themsche ou l’impression qu’il a donnée. Il laisse ces questions au psychiatre.

Tout le parcours à Anvers de Hans Van Themsche, de l’achat de l’arme à son arrestation par un policier, a été reconstitué. Son départ de son internat à Roulers vers Anvers sera reconstitué plus tard.

Quelque 150 membres de la police locale ont été mobilisés. Des membres de la police fédérale, quelques dizaines de personnes, ont également été impliquées dans la reconstitution. Celle-ci a débuté à 6 h pour se terminer vers 13 h Des pauses ont été organisées pour permettre à l’hélicoptère de la police fédérale, qui surveillait les opérations, de faire le plein. Ces arrêts ont permis à Hans Van Themsche, qui est toujours en convalescence pour ses blessures par balles, de récupérer.