Faits divers Thioro Mbow sera jugée pour un triple assassinat, le 13 novembre.

Pourquoi juger une femme suspectée d’avoir tué ses trois enfants de 2, 4 et 6 ans devant un tribunal correctionnel ? Alors que la chambre du conseil de Bruxelles avait décidé d’un renvoi devant la cour d’assises, la chambre des mises en accusation a modifié la décision. Alors que Thioro Mbow risquait la réclusion criminelle à perpétuité, elle n’encourt plus que 30 années. Cette femme aujourd’hui âgée de 37 ans doit être jugée pour la mort de ses enfants Oumy, Abbygail et Madisson, décédés dans l’incendie criminel de la maison familiale de Lennik, le 11 février 2015.

Détenue préventivement depuis les faits à la prison de Berkendael, Thioro Mbow s’est présentée hier devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour apprendre qu’elle sera jugée à partir du 13 novembre. Était aussi présent le père des trois enfants, Hellmut Ulin. L’homme s’est constitué partie civile. Mais il se range aujourd’hui parmi les soutiens de la prévenue, affirmant "vouloir connaître la vérité" et désirant la libération de Thioro Mbow. Il a longuement attaqué l’expertise réalisée après l’incendie, totalement confondante pour Thioro Mbow. "L’enquête de l’expert ne me semble pas bien. Son rapport n’est pas très professionnel, j’ai beaucoup à dire dessus", a expliqué le père des petites défuntes, devant les juges.

Pendant la reconstitution judiciaire des faits, Thioro Mbow avait reconnu avoir allumé l’incendie de l’annexe de sa maison, à l’aide d’essence, de white spirit et d’huile. Mais elle dit ne s’être rendue compte que trop tard que ses enfants se trouvaient dans le local. L’expert incendie avait assuré que la version de la prévenue était incompatible avec les résultats de ses recherches : elle ne pouvait pas se trouver à l’endroit qu’elle avait indiqué car la température s’y élevait alors à 700°C. Le père a expliqué avoir "une cinquantaine de questions" à poser à l’expert désigné, qui est cité à comparaître le 14 novembre.