Faits divers Les ravisseurs ont été interceptés à la frontière entre la Roumanie et la Hongrie. La jeune Turque avait bien été enlevée

CHARLEROI Vendredi matin, vers 7 h 50, une jeune fille a été enlevée en plein Charleroi à la rue Charles Dupret, à la Ville-Basse, par deux hommes et une femme. Un individu avait fait monter de force Suzanne Bozbek, une Liégeoise d’origine turque de 22 ans, dans une BMW 318.

La jeune fille était accompagnée d’un ami au moment des faits mais celui-ci a été retenu par un deuxième ravisseur et n’a pu agir. Le véhicule a ensuite pris la fuite dans une direction inconnue.

Après deux jours de travail acharné et efficace des services de police, la jeune fille a été retrouvée. Samedi soir, après des milliers de kilomètres parcourus à travers l’Europe, la voiture qui transportait Suzanne a été interceptée par la police roumaine à Nadlac.

Samedi dans la journée, le véhicule suspect avait déjà été repéré à un poste de la frontière austro-hongroise. L’équipée a encore réussi à traverser la Hongrie. Mais ils étaient attendus à la frontière entre la Roumanie et la Hongrie. Suzanne était porteuse du passeport de sa sœur arrêtée en Belgique. La photo d’identité ne correspondait pas et cette différence a mis la puce à l’oreille aux douaniers qui ont rapidement fait le rapprochement grâce à l’avis de disparition international.
La destination de Suzanne était manifestement la Turquie. Mais elle ne voulait pas y aller. Elle a déclaré aux policiers roumains qu’elle avait bien été enlevée et que tout avait été orchestré contre son gré.

Sept arrestations

Au total, sept suspects sont déjà écroués dans le cadre de cette affaire. En Belgique, le chauffeur de la BMW 318 et la sœur de Suzanne ont été arrêtés à Liège.
La sœur de Suzanne âgée de 19 ans est à la prison de Mons et elle a avoué sa participation à l’enlèvement. En Roumanie, trois Turcs et deux autres sujets bulgares ont été placés sous les verrous.

Sa famille avait bien orchestré cette traversée de l’Europe pour la ramener en Turquie, pour une raison inconnue pour l’instant.

Les autorités judiciaires carolorégiennes espèrent revoir au plus vite Suzanne en Belgique. Le juge d’instruction Delmarche a demandé aux autorités roumaines de délivrer des mandats d’arrêt provisoires pour les cinq personnes interceptées.
Une procédure d’extradition sera lancée dans les prochains jours.