Faits divers Thérèse Lomba a eu très peur lundi, lorsqu’un homme s’est approché de son fils.

Yanis, 10 ans, est le petit dernier d’une famille de quatre enfants. Aujourd’hui, s’il se remet tout doucement de ses émotions, c’est grâce à l’intervention d’un voisin. La rue du Criel, à Havelange, est encore en émoi.

Thérèse explique : "Il était 19 h 30 lundi. On venait de rentrer et Yanis est allé jouer dehors. Avec un petit voisin, ils se mettent souvent juste à côté d’un arbre au fond du jardin et font signe aux voitures qui passent sur la grand route. L’une des voitures s’est arrêtée et a fait demi-tour. L’occupant du véhicule a fait signe à mon fils pour qu’il aille près de lui, ce qu’il n’a pas fait. L’individu s’est alors approché à pied jusqu’à arriver contre la clôture de notre jardin. Yanis a eu la peur de sa vie et est parti en courant, en sortant par l’autre côté du jardin pour se réfugier chez le voisin. Celui-ci m’a appelé. J’ai cru que Yanis avait fait une bêtise, puis il m’a expliqué. Nous avons été voir près où la voiture s’était garée mais l’individu était déjà reparti."

Thérèse a rapidement averti la police locale à qui elle a donné la description d’un homme basané, roumain ou marocain, âgé entre 35 et 40 ans, barbu et moustachu, qui circulait à bord d’une petite Peugeot blanche. Yanis a trouvé son attitude "bizarre".

"Depuis, Yanis n’ose plus sortir, il pleure, appelle au secours la nuit. Les voisins sont inquiets aussi. L’été approche, les journées s’allongent. Qu’allons-nous faire? Ne plus laisser sortir nos enfants ? J’habite ici depuis 6 ans et le quartier est calme mais nous devons être vigilants pour nos enfants. Voilà pourquoi j’ai parlé de ce problème sur Facebook. L’attitude de ce monsieur n’était pas celle d’un passant qui demandait des renseignements. Pour moi, il a voulu enlever Yanis."