Faits divers Le jeune de Molenbeek passe devant le tribunal pour une affaire sordide.

Début octobre prochain, comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Bruxelles le jeune Molenbeekois Bilal El Farhouni. Avec ses complices, il n’avait pas hésité à fracasser le crâne d’un homme à Molenbeek. La victime gisait au sol à l’arrivée des secours. Elle aurait pu perdre la vie mais est parvenue à s’en sortir. Non sans de nombreuses séquelles.

Trois ans après les faits, c’est donc seul que Bilal El Farhouni sera jugé pour les faits commis. La police n’est jamais parvenue à identifier ses complices. Même en prison, depuis plus de trois ans déjà, le jeune Molenbeekois a toujours refusé de dénoncer les personnes présentes avec lui ce jour-là. Le suspect fait partie des jeunes de son quartier répondant à un certain code selon lequel il vaut mieux purger une peine tout seul plutôt que de livrer des informations à la police.

Connu pour de nombreux autres délits par la justice bruxelloise, Bilal El Farhouni avait fait la une de certains médias en avril 2014. Et pour un braquage qui avait mal tourné au MoneyGram de la chaussée de Gand, le 27 février de la même année. Bilal était à l’époque qualifié dans ces articles d’indicateur de la police. On nous rapporte aujourd’hui de source sûre qu’en réalité, il s’agissait d’un coup monté à l’encontre du jeune homme qui dérangeait sans doute certains concurrents de son quartier dans leur trafic de drogue. À Molenbeek, les conflits entre petits dealers sont en effet courants.

Incarcéré depuis trois ans déjà, Bilal El Farhouni, qui en a déjà pour plus de dix ans de peine à purger pour ses autres affaires, répondra donc seul devant le tribunal correctionnel de Bruxelles de la violente agression à la barre de fer.