Faits divers Accusé d'être une balance, Jawad est victime de tortionnaires : "Tu vas perdre ta fierté"

BRUXELLES Pris en tenaille par ses agresseurs, Jawad est tabassé. Il perd connaissance. Pour se réveiller dans un parc. Attaché à un arbre avec de la corde. L'un des tortionnaires le réveille à coups de ceinture sur tout le corps.

"Tu vas perdre ta fierté" , lance l'un des bourreaux. Les vêtements de Jawad sont arrachés de force. Les bourreaux exigent une fellation. "Je préfère encore recevoir des coups" , rétorque le jeune homme de 20 ans.

Et des coups, il va en encaisser. Après la ceinture, c'est avec la branche d'un arbre que, cette fois, Jawad est torturé.

Zakaria Benomar, né le 20 septembre 1984, joue le parrain. Il a engagé un exécutant, Mounir Marmar, né le 14 juillet 1985. Un type violent. Surtout lorsqu'il a bu. Et ce jour-là, le 20 juin 2006, Marmar a bu. Du whisky notamment. Il jette la bouteille, qu'il vient de vider. Marmar récupère le tesson et profite du tranchant pour couper les poignets de Jawad. Le calvaire du jeune homme ne fait que commencer.

Avec l'aide de deux autres complices, Abdelaziz A., né le 21 avril 1983, et Belkacem Hadfi, né le 3 décembre 1982, Benomar et Marmar redoublent d'imagination pour encore mieux torturer.

Ils brûlent le ventre de Jawad avec un chiffon métamorphosé en brasier. Avant d'exiger de Jawad qu'il absorbe de l'herbe et des déjections canines.

Pendant ce temps-là, la famille panique. Où est Jawad ? Surtout que des rumeurs circulent déjà dans le quartier : "Il s'est encore fait taper dessus. Il pisse le sang" .

Jawad est toujours entre les griffes de ses tortionnaires. Le summum de la cruauté se traduit par une séance de sodomie à l'aide d'un bâton. Les tortures perdurent toute l'après-midi.

Finalement libéré, Jawad n'ose parler. Trop de gêne, trop de honte, trop de douleur. Mais sa tante devine le drame. En cherchant la vérité, elle a aussi été menacée par les bourreaux : "On va te violer au même endroit où Jawad a été torturé" .

Hier, Marmar et Hadfi ont écopé de 6 ans, Benomar a pris 5 ans et Akel est condamné à 4 ans de prison.



© La Dernière Heure 2007