Faits divers Des détenus ont vendu des contrefaçons, des fausses monnaies et des faux lingots.

Le tribunal correctionnel de Liège a condamné des prévenus, dont des détenus de la prison d’Andenne, à des peines allant de 150 h de travail à trois ans de prison ferme, pour des trafics commandités depuis leur cellule. Des trafics juteux puisque le tribunal a confisqué la somme de 35.000 euros aux condamnés. Les prévenus ont créé une association de malfaiteurs formée au départ dans les murs de la prison, mais qui était active dans des trafics à l’extérieur.

Sébastien, 30 ans, le principal prévenu, est un multirécidiviste déjà condamné pour tentatives d’assassinat mais aussi pour avoir commandité une agression mortelle.

Avec ses complices, il a mis sur pied un trafic d’armes, de faux lingots d’or et de fausses monnaies.

Ce sont au minimum 44 armes, des munitions, de la fausse monnaie et de faux lingots d’or qui ont été commandés. Le parquet avait qualifié leurs activités de "véritable petite start-up wallonne". Les prévenus ont commis des délits entre le 1er janvier 2016 et le 14 novembre 2017. Le tribunal a retenu que lors des écoutes, les prévenus parlaient de commandes de "piquants ou de Pickans" qui correspondent aux armes commandées sur le même site slovaque que celui sur lequel des armes ayant servi aux tueries de Paris ont été commandées.

Sébastien niait la plupart des préventions à sa charge. Il prétendait que les "piquants ou Pickans" étaient des "outils pour commettre des cambriolages".

Le tribunal l’a condamné à trois ans de prison, qui s’ajoutent à toutes ses précédentes peines.

Un seul prévenu, sans antécédent et qui avait un rôle moindre, a bénéficié d’une peine de travail. Les autres condamnés ont écopé de 15 mois de prison avec sursis, 15, 20 et 30 mois de prison ferme.