Faits divers

Ce vendredi sera une journée de deuil national. Une minute de silence aura lieu à 11h pour les victimes de l'accident de car qui a peut-être été causé par le fait que le chauffeur voulait mettre un dvd. Une hypothèse vivement remise en cause par les enquêteurs

BERNE Selon Het Laatste Nieuws et Aargauer Zeitung, les enfants blessés auraient confié au personnel soignant et à leurs parents que le chauffeur de l'autocar voulait mettre un DVD au moment du crash. Un des professeurs aurait amené un DVD ou CD à l'avant du car pour le donner au chauffeur, auraient expliqué les enfants. Cela aurait pu faire perdre le contrôle du véhicule à ce dernier.

L'information n'a pour le moment pas été confirmée par les policiers du canton de Sierre. Les enquêteurs se sont même empressés de remettre en cause cette hypothèse. La police suisse aurait visionné les vidéos mais les images ne permettent pas de confirmer cette piste, précise le porte-parole de la police.

De son côté, le patron de l'organisme qui gère les classes de neige dans l'enseignement catholique flamand, Wilfried Van Herbruggen, qui est en ce moment auprès des familles, a donné une version quelque peu différente des faits. Contacté par Twizz Radio. Il a précisé que ce serait l'un des professeurs qui aurait tenté d'insérer le DVD.


L'autocar belge roulait à 50-70 km/h

L'autocar belge accidenté mardi soir à Sierre roulait à 50-70 km/h, bien moins que le maximum de 100 km/h autorisé dans le tunnel où s'est déroulé l'effroyable accident qui a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants. C'est le patron de l'organisme qui gère les classes de neige dans l'enseignement catholique flamand, Wilfried Van Herbruggen, qui l'a indiqué jeudi matin à quelques journalistes belges à Sion. « Il reste encore beaucoup de questions sur les causes de l'accident », a reconnu M.Van Herbruggen.

Le point de presse a aussi permis d'apprendre, du porte-parole de la police valaisanne Jean-Marie Bornet, que la principale difficulté pour les autorités suisses reste l'identification du corps de certaines victimes. « Tous les blessés ont été formellement été identifiés et le contact a été fait avec les familles », a-t-il dit. « Notre action vise à identifier les enfants et adultes décédés. Des médecins légistes ont été demandés en renfort. Nous travaillons 24 heures sur 24 ».

Ce jeudi, plusieurs familles vont pouvoir voir le corps de leur enfant, avec un appui psychologique. Les corps reposent au funérarium de Sion. Les familles elle-même sont regroupées dans un hôtel de Saint-Léonard, à l'abri de la presse. « Tout le canton du Valais est dans un état de choc », a ajouté le porte-parole de la police valaisanne, lui-même très éprouvé, les larmes aux yeux.


Quatre enfants toujours dans un état grave

Quatre enfants se trouvent toujours dans un état grave, peut-on-lire jeudi sur le site 20min.ch.

Trois sont toujours au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne, et le quatrième se trouve à l'hôpital de l'Ile à Berne. Concernant les trois enfants hospitalisés au CHUV, "leur pronostic vital reste réservé", a indiqué un membre de l'établissement à l'agence ATS. Ils sont aux soins intensifs et leurs familles sont à leur chevet.

Par ailleurs, les six enfants qui étaient hospitalisés à Viège avec des blessures mineures ont pu sortir, selon le site 20min.ch.


Des familles sur les lieux du drame

Des familles de victimes se succédaient jeudi pour se recueillir sur les lieux du terrible accident d'autocar.

Un autocar gris a quitté en milieu de journée le tunnel, bloqué à la circulation, à l'entrée du village de Sierre (sud).

"Les visites ont lieu en ce moment. Ces visites sont organisées toute la journée sur demande des familles", a précisé un porte-parole de la police suisse.

Des familles de victimes avaient quitté un peu plus tôt leur hôtel à Sion, à quelques kilomètres des lieux du drame, des fleurs à la main.

Sur un pont surplombant l'autoroute, des personnes ont déposé des bouquets de fleurs.

© La Dernière Heure 2012