Faits divers

Les faits se sont produits lundi soir et sont rapportés par les syndicats de la CSC Transcom Bruxelles et de la CGSP Cheminots Bruxelles. Trois agents encerclés ont été passés à tabac par une trentaine de personnes.

"Une nouvelle agression violente en réunion sur le personnel Securail hier soir à Bruxelles Nord où 3 agents encerclés et passés à tabac par une trentaine de personnes" déplore Xavier Martin, permanent régional au syndicat CSC Transcom à Bruxelles.

Les agents Securail avaient été appelés par des agents de la firme privée Seris Security en difficulté avec un groupe de personnes agressives dans la gare du Nord hier soir. Du côté de la SNCB, on indique "qu'une enquête a été ouverte et que la sécurité des agents est évidemment une priorité".

Un maître-chien de la firme de sécurité privée S.G.I Security, qui se trouvait près de la gare du Nord, a demandé à un groupe d'une trentaine de migrants de veiller à la propreté des lieux. Le groupe l'a mal pris et a alors chahuté l'agent en question. Une bagarre s'en est alors suivie et le maître-chien a appelé une autre firme privée de sécurité en renfort ainsi que l'appui de Securail et de la police.

Trois agents sont alors arrivés sur place ont été violement roués de coups par une trentaine d’individus, ils sont sérieusement blessés et ont été emmenés à l’hôpital. "La CGSP Cheminots de Bruxelles demande des moyens supplémentaires mis à disposition des agents SECURAIL, afin qu’ils puissent se défendre dans de telles circonstances. Actuellement, la loi autorise seulement le spray" regrette le syndicat. Après avoir été cloués au sol, les agents ont reçu de multiples coups de pied au niveau du visage et du corps, "ils ne sont pas en situation d'urgence médicale mais ils ont été sérieusement blessés et l'aspect psychologique va devoir être pris en charge. Les faits ont été d'une grande violence, heureusement que la Police ets intervenue sinon les agresseurs ne se seraient pas arrêtés" annonce Xavier Martin.

"Ces actes sont devenus intolérables et insoutenables pour le personnel et pour moi en tant que représentant du personnel", signale-t-il. Et ce n'est pas la première fois que la gare de Bruxelles-Nord est le théâtre d'un déferlement de violence de ce genre. Pas plus tard que dimanche, un agent aux guichets a été agressé verbalement par un usager. "Ce qui me surprend, c'est que les pouvoirs publics locaux ne prennent pas des décisions proportionnelles aux faits de violence répétés en gare de Bruxelles-Nord et à proximité, on laisse pourrir la situation".

Pour la CSC Transcom, il est plus que temps que les pouvoirs politiques locaux de Schaerbeek et de Saint-Josse ainsi que la direction des chemins de fer "prennent leurs responsabilités afin d’enrayer ces situations et faire cesser le développement de ces phénomènes dans et aux abords de la gare du Nord". Selon les syndicats, plusieurs pistes peuvent être exploitées, comme la mise en place de structures d’accueil adaptées pour les transmigrants ou encore un renforcement des forces de police. "Nous avons le sentiment que les pouvoirs locaux laissent la situation se dégrader. De notre côté, nous n’avons jamais cessé de lancer des signaux d’alertes face à la recrudescence de la violence auprès de la direction SNCB" ajoute Xavier Martin.

Pour les syndicats et face à la multiplication de la violence envers le personnel de la SNCB, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. "Les agents sont confrontés à des personnes qui n’ont rien à perdre et qui posent des gestes de violence totalement gratuits. Face à cette situation d’une extrême gravité et dans des circonstances toujours imprévisibles, nous demandons une réaction immédiate et concertée des responsables. Nous comprendrons que les agents manifestent leurs réactions émotionnelles aujourd’hui. Nous rencontrons la direction ce jour et attendons un signal clair de leur part" conclut-il.