Faits divers Saïd, le conducteur de la voiture qui a fauché Imen, vendredi soir, est rentré chez lui

MOLENBEEK Dans nos éditions de lundi, nous vous relations le dramatique accident qui a coûté la vie vendredi soir à une petite fille de 5 ans dans la rue des Etangs Noirs à Molenbeek. Aujourd'hui, les proches d'Imen sont dans l'expectative la plus complète. "On n'a reçu aucune aide, aucun soutien" , accuse Jamal, l'oncle de la petite fille. D'après lui, aucun représentant d'un quelconque service d'aide aux victimes ne s'est présenté auprès de la famille.

Du côté de la police de la zone Ouest, on s'étonne. En effet, dans le P.-V. rédigé vendredi soir, il est indiqué que le service d'aide était présent sur place. Younes, témoin direct de l'accident qui a apporté les premiers soins à la petite fille, explique : "il y avait bien quelqu'un de la commune. Mais il était plus là pour tenter de calmer les jeunes que pour la famille. Il ne leur a même pas parlé" .

Par ailleurs, le travail de la police après l'accident est mis en cause également. Bien évidemment, le traumatisme suscité par la perte d'un proche trouble la perception mais tout de même. Des témoins cruciaux de l'accident n'auraient pas été entendus. Ainsi, il n'est nulle part fait mention dans le dossier des deux passagers de l'Audi folle qui auraient pris la fuite. Pourtant, plusieurs témoignages concordant en font état. De même que des passages répétés de la voiture avant le drame. "Des gens les ont vus se disputer avec des filles en bas de la rue. Ils sont passés deux fois à vive allure avant le drame" , explique un jeune du quartier. Et Younes de surenchérir: "Arrivés ici au-dessus, ils faisaient des freins à main et des dérapages avant de redescendre" . Mais au parquet de Bruxelles où un expert a été désigné, on confirme qu'aucun de ces deux éléments ne figure dans les P.-V.

A la police de la zone de Bruxelles Ouest, on indique qu'"il s'agit d'un banal accident. Une petite fille a traversé la route entre deux voitures". La famille ne sait à quel saint se vouer et a l'impression qu'on ne prend pas le dossier au sérieux.

Pourtant, la section roulage du parquet de Bruxelles va recevoir le dossier. "Dans ce genre d'affaire, le parquet poursuit toujours. Il y a quand même homicide involontaire au minimum", explique la substitute Roggen, porte-parole du parquet. "Si les parents veulent avoir la garantie que leur dossier ne soit pas classé sans suite, ils peuvent toujours se porter partie civile auprès d'un juge d'instruction" . Une démarche payante mais qui est remboursée si le dossier aboutit devant le tribunal correctionnel.

Saïd, 30 ans, le chauffeur de la voiture est quant à lui en liberté.



© La Dernière Heure 2006