Faits divers Racket, drogue, prostitution : expulsé, le chef albanais du clan des Rustemi n’a même pas dû payer son vol de retour

Considéré comme le chef opérationnel en Europe du clan polycriminel Rustemi présumé actif en Belgique dans le racket, la drogue, le jeu et la prostitution, Safet Rustemi, condamné par la cour d’appel à 9 ans ferme le 25 janvier 2017, a été libéré, après moins de 6 mois, et expulsé vers l’Albanie, malgré un nouveau dossier en cours pour trafic de stupéfiants, à la suite notamment d’une… erreur technique dans un… jugement.

L’Albanais de 35 ans n’a même pas dû ouvrir son portefeuille : le vol de retour vers l’Albanie a été payé par la Belgique via la procédure habituelle d’éloignement. L’expulsion de Safet Rustemi nous a été confirmée par ses avocats. S’ils ignorent quelle serait l’erreur technique qui s’est glissée dans le jugement, Me Romain Delcoigne évoque une possible date de naissance incorrecte, en tout cas sans incidence sur le fond de la décision. Le 25 janvier dernier, la cour d’appel condamnait Safet Rustemi à 9 ans pour tentative de meurtre, tentative d’extorsion (racket), exploitation de la prostitution et organisation criminelle.

Son arrestation immédiate n’avait pas été ordonnée parce qu’à l’époque, Safet Rustemi se trouvait sous les liens d’un autre mandat d’arrêt pour un trafic présumé de stupéfiant. Ses avocats Sven Mary et Romain Delcoigne ont introduit un pourvoi en cassation contre la condamnation de leur client à 9 ans. En vain : le pourvoi a été rejeté.

Il s’est alors produit que le mandat d’arrêt a été levé par la chambre des mises en accusation dans le dossier de stupéfiants et que la cour d’appel a constaté qu’une erreur technique s’était glissée, nécessitant une rectification par un nouvel arrêt. Cet arrêt rectificatif ne semble toujours pas avoir été rendu, du moins à la connaissance de Me Romain Delcoigne.

Le mandat d’arrêt ayant été levé dans l’affaire de drogue et la cour d’appel de Bruxelles ayant condamné à 9 ans sans ordonner l’arrestation, Safet Rustemi était libéré. "Notre client n’est pas fugitif", insiste Me Delcoigne qui se refuse à tout autre commentaire. Et l’Office des étrangers, constatant que Safet est en séjour illégal, a procédé à l’éloignement.

Le clan Rustemi a été présenté en Albanie comme impliqué dans "40 crimes". Et Safet comme son chef. Il buvait son café, hier, à la terrasse d’un bar, à Dobraç (un quartier de Shkoder). Plusieurs services policiers belges ont consacré un nombre incalculable d’heures à l’enquête. Le 1er mai 2015, le bourgmestre d’alors de Bruxelles, Yvan Mayeur, avait émis un communiqué de victoire pour annoncer le démantèlement de la bande et avec lui, la prostitution éradiquée dans le quartier Alhambra (Yser, Commerçants) dont Safet Rustemi était présenté comme le nouveau Parrain.