Faits divers

Le tribunal correctionnel de Namur a condamné jeudi Eric P. et Nathalie D., poursuivis pour des viols multiples, commis principalement par le prévenu, entre juin et septembre 2016 sur la fille de Nathalie. 

Le beau-père de la victime écope de cinq ans de prison dont quatre ans ferme tandis que la mère est condamnée à cinq ans de sursis probatoire. Nathalie D. participait parfois aux ébats et était au courant des sévices subis par sa fille. Le parquet avait requis cinq ans de prison pour Eric P. et quatre ans pour la mère. La victime et son père ont par ailleurs obtenu un euro à titre provisionnel pour les dommages subis. Les autres enfants du couple incestueux, autres parties civiles, n'ont eux reçu qu'un euro à titre définitif.

Eric P. et Nathalie D. étaient poursuivis pour les chefs de viol et attentat à la pudeur envers une mineure de 14 ans. Les préventions visaient en outre la circonstance aggravante que la victime est la fille de la prévenue. Les faits avaient été qualifiés de "honteux et immoraux" par la défense.

Le président de la cour a tenu compte du fait qu'Eric P. ne se rendait pas compte de la gravité des faits et qu'il rejette en partie la faute sur la victime. Il a aussi pris en compte les dommages irréversibles pour l'enfant et le caractère asocial du beau-père. Quant à la mère, le tribunal a reconnu qu'elle était sous la domination totale de son conjoint, "qu'elle ne voulait surtout pas perdre".

D'autant que les deux prévenus comptent se remettre ensemble dès la libération d'Eric P.

Les conditions du sursis probatoire sont de ne plus rentrer en contact avec la victime, de poursuivre une formation contre les délits à caractères sexuels et de trouver un emploi. Ces conditions valent pour les deux condamnés. La mère doit en plus poursuivre un suivi thérapeutique.