Faits divers

Un ex-truand met à profit son passé en donnant des formations en sécurité rapprochée

BRUXELLES Une voiture s’arrête. Deux hommes masqués en sortent. Un troisième reste derrière le volant, attendant ses complices. Ils s’apprêtent à cambrioler une bijouterie du centre de Bruxelles. Leur quatrième complice joue le rôle d’une cliente, déjà à l’intérieur.

Suite à ce hold-up, en décembre 1987, Patrick Henderickx est arrêté et inculpé d’attaque à main armée et d’association de malfaiteurs. Il avait déjà été jugé auparavant pour recel, faux et usage de faux, extorsion de fonds, association de malfaiteurs et vols qualifiés.

Un peu moins d’un an après, il est condamné à 60 mois plus 6 mois et avec 36 mois d’arriérés pour récidive. “C’est en jouant à la roulette russe dans un hôtel célèbre du haut de la ville que je m’impose dans le monde des truands de l’époque et mes fréquentations deviennent alors des noms comme Tosca, Daniel le fou ou encore un certain Francis le belge, à l’époque en cavale. Paradoxalement et comme toujours, mes séjours en prison en 1981 et 1984 ainsi que mon silence m’offrent une notoriété qui me propulse dans un cercle très restreint à l’époque, celui des braqueurs ! Pourtant, très vite, je comprends que ce monde n’est pas le mien et essaye même de changer de vie”, explique M. Henderickx, en revenant sur son passé.

Bien connu des médias belges et français, cet ancien truand a raconté sa vie dans deux livres. Né en 1960, après une enfance et une jeunesse difficiles, il sombre dans la délinquance et passera plusieurs fois par la case prison. “En 1991 et après avoir purgé quelques années de détention pour des faits de grand banditisme, je n’imaginais pas que ma resocialisation ferait de moi un expert en prévention contre les agressions violentes et prises d’otages”, continue-t-il.

En devenant un membre actif de Flics et Voyous, une asbl créée par Pierre-Bernard Velge, inspecteur principal à la PJ, sa vie bascule de l’autre côté de la barrière. “C’est dans le désert tunisien que Pierre-Bernard Velge me présente un certain Samir, soldat. Nos discussions hebdomadaires abordent le métier de sécurité et les formations diverses. De retour en Belgique, je commence à faire des recherches sur la protection rapprochée ainsi que sur les écoles officielles de formation. Je me découvre alors une passion pour la négociation en prise d’otages. À chaque occasion et de façon discrète, je parcours les pays de l’est et la France pour suivre des formations diverses.”

Suite à cela, naissent  : CATS (Cellule d’Accompagnement Tactique Sécurisé) et MILA (Mission Internationale de Lutte Anti-violence et abus envers les enfants).

Dans ce cadre, il multiplie les missions humanitaires, comme récupérer des enfants kidnappés. L’été dernier, il invente le site Nyouter qui permet de retrouver des personnes disparues.

À travers MILA, il mène un combat contre la pédophilie, en ayant démantelé plusieurs réseaux. Un mauvais passé, une rédemption et une nouvelle vie. Un trio de feu.



© La Dernière Heure 2011