Faits divers Le suspect, avec son arme factice, s’est enfui rapidement et n’a pas encore été arrêté, ni identifié.

Les élèves de l’Athénée Léon Lepage, situé dans le centre de Bruxelles, rentraient comme de coutume de leur pause de midi, ce lundi, quand un individu s’est glissé parmi eux vers 13 h pour y semer la peur. Une information confirmée par le cabinet de l’échevine de l’Instruction publique de la ville de Bruxelles, Faouzia Hariche (PS).

Le suspect, qui serait âgé d’une quinzaine d’années selon des témoins, est passé par l’entrée de l’école secondaire, située à quelques mètres à peine de l’école primaire Léon Lepage. Il a emprunté le corridor qui mène à l’établissement. Il a patienté jusqu’à la reprise des cours avant de pénétrer masqué dans une classe, selon plusieurs sources.

Il est entré en plein cours de français, selon un étudiant. Ce dernier explique que l’individu portait un masque qui ressemblait à ceux de la série télévisée Casa De Papel. La scène a surpris les étudiants d’autant que l’individu masqué était en possession d’une arme factice comme l’indiquent différentes sources et confirmées par l’échevinat local.

Un élève a expliqué à la Dernière Heure que le suspect avait menacé certains étudiants pour qu’ils lui donnent leur matériel scolaire avant de prendre la fuite : "La professeur a voulu intervenir, notamment afin de lui enlever son masque car personne ne sait qui est cet individu."

L’homme a réussi à prendre la fuite sans que son identité soit découverte. Les faits ont été très rapides et plusieurs élèves ont entendu des cris à travers l’école qui provenaient de la classe. La police a ouvert une enquête.

Aucune caméra ne pourra aider à l’identification de l’individu au sein de l’école. "On ne dispose pas de ce matériel de surveillance dans les établissements pour une question de droits de la vie privée."

Le cabinet de l’échevine de l’Instruction publique précise aussi qu’en temps normal, la porte de l’Athénée Léon Lepage est fermée et qu’il faut sonner pour pouvoir passer l’entrée. "On va aussi réfléchir à améliorer encore les mesures anti-intrusion", ajoute-t-on au cabinet de l’échevine.

Un suivi psychologique a été mis en place par la commune. Un arrêt de travail est aussi programmé dans l’établissement ce mercredi à 9 h 40.

Faouzia Hariche se rendra d’ailleurs sur place pour entendre les inquiétudes des enseignants suite à l’incident.