Faits divers

Le policier, spécialiste du banditisme itinérant, est inculpé de corruption passive et violation du secret professionnel

SAINT-JOSSE Le juge d’instruction de Bruxelles a placé deux suspects sous mandat d’arrêt pour corruption, dont un policier de 43 ans issu de la section banditisme de la police judiciaire fédérale de Bruxelles.

David Jovanovic, Français de 34 ans lié à la délinquance itinérante, a déjà été condamné en Belgique, notamment par le tribunal correctionnel de Marche-en-Famenne.

L’inspecteur Eric L. est, lui, inculpé en outre de violation du secret professionnel. Le parquet le soupçonne d’avoir communiqué au milieu criminel des informations policières confidentielles sur des personnes signalées à rechercher, l’identifi- cation de véhicules et des opérations de police en cours ou programmées (filatures, surveillances téléphoniques et autres) et d’avoir accepté voire sollicité des cadeaux.

Le policier, incarcéré à Saint-Gilles, nie.

À la police belge, il était considéré comme le spécialiste du rip deal . Eric L. avait cependant dû être muté au laboratoire de la police technique et scientifique, brutalement écarté de la DR1, la section Grand Banditisme de la PJF Bruxelles ayant en charge les hold-up lourds, les rapts, les extorsions, les bandes itinérantes.

Criminalité liée aux bandes itinérantes, le rip deal (littéralement transaction pourrie ) fait des centaines de victimes en Europe. Ce type d’arnaque avec de faux billets survient lors de la vente d’un bien immobilier.

Quand un cas se présentait en Belgique, c’est à ce policier que ses collègues s’adressaient. Ses compétences étaient reconnues à l’étranger. Jusque vers 2009 et 2010 en tout cas, époque à laquelle des rumeurs détestables ont commencé à circuler.

Rumeurs ? Eric L. a toujours nié. Aucune enquête n’a rien pu prouver.

Le policier n’en fut pas moins muté de la DR1 vers le labo, avec interdiction d’encore s’investir dans cette criminalité et de maintenir le moindre contact avec ses anciens indics.

L’enquête qui vient d’aboutir à l’arrestation est menée par le comité P.

Selon nos diverses sources, elle s’appuie notamment sur des relevés téléphoniques qui établissent la matérialité de plus d’un demi-millier de contacts GSM récents avec Jovanovic.

David Jovanovic et Eric L. sont défendus par les avocats Olivier Louppe et Olivier Martins.

Jovanovic, qui provient de l’Est parisien, est connu pour avoir été arrêté en décembre 2006 à Bruxelles et condamné à Marche le 11 janvier 2008, pour un rip deal de 75.000 euros au préjudice d’un Bruxellois vendeur d’un bien immobilier en province.

Les deux, présumés innocents, devront comparaître devant la chambre du conseil.

En outre, la juge d’instruction en charge de l’affaire, Mme Dagnely, a fait perquisitionner le domicile du policier et son lieu de travail, la PJF de Bruxelles.



© La Dernière Heure 2012