Faits divers Déjà soupçonné en Suisse d’abus sexuels sur enfant, muté à Bruxelles et de nouveau mis en cause.

Un prêtre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X à Bruxelles a-t-il, entre 2010 et 2011, commis des attentats à la pudeur avec violences ou menaces sur des enfants et jeunes adolescents de moins de 16 ans, dans l’internat dont il avait la charge ?

Le 4 mai 2015, le tribunal correctionnel de Bruxelles avait acquitté le prêtre au bénéfice du doute après avoir estimé les preuves d’abus sexuels insuffisantes.

Le parquet avait interjeté appel; le procès s’ouvre ce matin devant la 14e chambre de la cour d’appel.

D’origine suisse valaisane, le prêtre F. mis en cause en Belgique avait déjà dû faire face en Suisse à des accusations de pédophilie. Un procès canonique l’avait toutefois blanchi encore que le tribunal ecclésiastique, s’il avait estimé les preuves insuffisantes pour le condamner, avait quand même interdit le prêtre de tout contact avec des enfants pendant dix ans.

Nous étions alors en juin 2006. Deux mois plus tard, en août, le prêtre était muté à Bruxelles. Des comportements de pédophilie le mettant en cause seraient apparus dans le prieuré de cette fraternité Saint-Pie X installée depuis 1979 rue de la Concorde à Bruxelles. Celle-ci abrite sous le même toit une église et le dortoir d’un internat. L’interdiction ecclésiale faite en Suisse d’être en contact avec des enfants pendant dix ans, n’aurait donc concrètement duré que quelques mois ?

Pour être acquitté l’an passé, le prêtre a nié les abus sexuels et affirmé que s’il avait commis de tels faits, ce ne pouvait être qu’inconsciemment, pendant son sommeil.

Il avait parlé plus exactement de "sexsomnie", définie comme une sorte de somnambulisme. La personne qui en souffre peut avoir une activité sexuelle sans en garder ensuite le moindre souvenir, d’après des études.

Le parquet avait requis par contre, 4 ans d’emprisonnement avec possibilité de sursis probatoire.

Au final, le juge avait acquitté le prêtre en se basant sur l’insuffisance de preuves concernant les abus sexuels.

Faut-il y voir des manœuvres de lynchage ?

L’annonce de ce procès a circulé sur Internet avec des considérations étrangères aux faits, voire déplacées, sur la Fraternité Saint-Pie X à laquelle appartient le prêtre - traditionaliste tendance Monseigneur Lefebvre - et le choix de son avocat.