Faits divers La gigantesque baleine a été aperçue à Ostende, à hauteur de Raversijde.

C’est un spectacle incroyable pour des yeux experts et curieux. Une baleine boréale a été aperçue pour la première fois entre Ostende et Middelkerke, à hauteur du domaine provincial de Raversijde.

L’impressionnant animal, pouvant mesurer jusqu’à 20 m de long, nage à 2 km seulement de la plage. Habituellement, le mammifère marin évolue "dans les eaux arctiques et a une préférence pour la banquise", détaille Dominique Verbelen, de Natuurpunt.

Sa présence dans les eaux belges est encore inexpliquée. Selon de nouvelles images, l’animal serait pris au piège. Un filet de pêche aurait été aperçu sur sa nageoire caudale par les spécialistes venus en masse observer l’animal depuis la plage.

Thierry Jauniaux, vétérinaire des mammifères marins à l’université de Liège, a indiqué à nos confrères de RTL-TVi que "la situation est malheureusement assez fréquente. Y a-t-il un risque ? Selon la taille de l’animal et la taille du filet, la situation va être complètement différente. En général, cela représente un frein au déplacement de l’animal et donc à sa plongée, pour chasser."

Les curieux, les biologistes et les vétérinaires venus nombreux sur les lieux observent l’animal à distance - bien que le brouillard ait rendu les choses plus difficiles dimanche matin.

Une intervention des spécialistes serait à envisager si le filet de pêche devait réellement être une contrainte (mortelle) pour l’animal.

Il pourrait s’agir d’une baleine boréale aperçue depuis 2015. Elle a été vue pour la première fois non loin des îles Scilly, dans les Cornouailles. Elle aurait ensuite été aperçue au large de la Bretagne.

Il existerait entre 10.000 et 40.000 individus de cette espèce pouvant vivre 200 ans.

La baleine boréale, gigantesque, est reconnaissable à ses formes arrondies et à son "corps noir", ajoute le spécialiste de Natuurpunt, Dominique Verbelen. Une tache blanche au niveau du menton de l’animal permettrait de reconnaître les différents individus. Des taches blanches peuvent aussi être vues sur la nageoire caudale ou la queue.

La spécificité de cette baleine est qu’elle ne possède pas de nageoire dorsale.

© D.R.


Les autres visites surprises en Belgique

1. Narval

© DR
Le 28 avril 2016, un narval a été découvert, mort dans l’Escaut. Ce sont des promeneurs qui ont fait la macabre découverte. C’était une première en Belgique : aucun narval n’avait jamais été aperçu dans les eaux belges. L’animal vit généralement au large des eaux du Canada, de la Russie ou du Groenland. Le narval, qui possédait une longue corne torsadée de cinquante centimètres sur le sommet du crâne, était un jeune mâle mesurant deux mètres. Son squelette devait rejoindre les collections de l’Institut royal des sciences naturelles.


2. Le cachalot nain devenu marsouin

© DR
Fin janvier, un animal marin avait pas mal fait jaser. Photographié au large d’Ostende, les spécialistes avaient conclu qu’il s’agissait d’un cachalot nain. Cela aurait acté la présence exceptionnelle de l’animal dans la mer du Nord. Mais il n’en est rien. Après moult analyses et des observations d’images et d’animaux en mer, les spécialistes ont dû se résoudre à reconnaître leur erreur. Il s’agissait en fait d’un marsouin. Les biologistes avaient été induits en erreur par le comportement de l’animal, peu observé en eaux calmes.


3. Dauphins sur la côte

© DR
En septembre dernier, des plongeurs ont aperçu des dauphins sur la côte belge. Une rencontre certes surprenante pour les plongeurs, mais elle est un peu moins impressionnante pour les biologistes et autres scientifiques qui étudient les mammifères marins et la faune de la côte belge. "Nous supposons qu’il s’agit de deux dauphins à gros nez, une espèce rencontrée dans les delphinariums. Ils peuvent mesurer jusqu’à quatre mètres et peser cinq cents kilos", avait déclaré Jan Haelters. "Deux groupes de populations vivent en effet aux alentours. Environ cent vingt dauphins vivent près de la côte est de l’Écosse et une population d’environ quatre cents autres individus vit au large de la côte bretonne et normande." À cette époque, les spécialistes avaient d’ailleurs conseillé aux nageurs et plongeurs de ne pas jouer ni nager avec eux : "Les dauphins sont très sociables. Ils aiment nager près des bateaux et côtoyer les humains, mais quand ils s’aperçoivent que la personne veut sortir de l’eau, ils peuvent devenir agressifs."


4. Étoiles de mer

© DR
Au mois de mars, les habitants du Coq et les touristes ont assisté à une scène incroyable : la plage était recouverte d’étoiles de mer. Elles se sont échouées sur la plage "en raison des vents forts et des hautes vagues", expliquaient les spécialistes à nos confrères de VTM.


5. Le requin-pèlerin

© DR
Un requin-pèlerin a été vu en bien mauvaise posture sur la côte belge. À La Panne, plus exactement. L’animal de trois mètres de long, échoué, avait eu du mal à rejoindre la mer. Décédé, l’animal avait été évacué à l’aide d’un bulldozer. Ce n’est pas une grande première en Belgique : le requin-pèlerin peut être aperçu sur la côte belge, mais cela reste assez rare.